Gastro: l'épidémie de diarrhée aiguë est déjà là, très en avance cette année

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Gastro: l'épidémie de diarrhée aiguë est déjà là, très en avance cette année

Publié le 27/10/2016 à 09:28 - Mise à jour à 09:35
©Gile Michel/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

"Précoce", l'épidémie de gastro-entérite a déjà commencé cette année, selon le dernier bulletin de surveillance publié mercredi par le réseau Sentinelles de l'Inserm. Le seuil épidémique a ainsi été dépassé la semaine dernière pour la deuxième fois consécutive.

Toutes les précocités ne se valent pas. L'épidémie de gastro-entérite hivernale a ainsi démarré très en avance cette année, selon le dernier bulletin hebdomadaire publiée mercredi 26 par le réseau Sentinelles de l'Inserm. Entre le 17 et le 23 octobre, pour la deuxième semaine consécutive, le seuil d'alerte épidémique a ainsi été dépassé un peu partout sur le territoire, notamment dans le centre et le Nord-est de la France.

Fixé à 160 cas pour 100.000 habitants, le seuil épidémique de la gasto a ainsi été dépassé pour la deuxième fois de rang la semaine dernière, avec une moyenne nationale estimée à 195 cas pour 100.000 habitants. Les Pays de la Loire, avec 368 cas pour 100.000 habitants, ainsi que le Grand Est (315) et les Hauts-de-France (264) sont les régions les plus touchées. Provence-Alpes-Côte d'Azur (263) et l'Ile-de-France (199) sont également concernées. A l'inverse, la Corse (45), la Bourgogne-Franche-Comté (56) et la Bretagne (57) sont les zones les plus épargnées.

"L'activité actuelle est forte par rapport à celle observée à la même période depuis le début de la surveillance en 1991", précise ainsi le bulletin du réseau Sentinelles. Puis de tempérer: "Le caractère atypique de la situation à cette période de l'année ne nous permet pas encore d'assurer qu'il puisse s'agir du début de l'épidémie saisonnière des gastro-entérites, ou d'un simple pic automnal plus important que pour les saisons passées". Ainsi, le modèle prévisionnel basé sur les données historiques de l'Inserm prévoit une diminution des cas de gastro dans les semaines à venir. Leur nombre devrait toutefois rester supérieur au seuil épidémique au moins jusqu'à la deuxième semaine de novembre.

Pas envie d'attraper une gastro carabinée? Retrouvez cinq conseils de FranceSoir pour limiter les risques d'être contaminé en cliquant ICI.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"L'activité actuelle est forte par rapport à celle observée à la même période depuis le début de la surveillance en 1991", selon l'Inserm.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-