Grippe: un million de cas depuis le début de l'épidémie, le pic pas encore atteint

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Grippe: un million de cas depuis le début de l'épidémie, le pic pas encore atteint

Publié le 18/01/2017 à 14:48 - Mise à jour à 14:50
©Gile Michel/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Le nombre de personnes ayant consulté pour une grippe a franchi le cap du million, estime ce mercredi le réseau de surveillance Sentinelles-Inserm, qui juge cependant que le pic épidémique n'a pas encore été atteint. Il considère également que cette année, les cas ne présentent "pas de signe particulier de gravité".

Plus d'un million de Français ont consulté leur médecin pour des symptômes grippaux depuis le début de l'épidémie de grippe saisonnière, a annoncé ce mercredi 18 le réseau de surveillance Sentinelles-Inserm, estimant que le pic est "proche" mais n'a pas encore été franchi au niveau national.

La fréquence des nouveaux cas relevée la semaine dernière est moitié moins élevée que celle observée au plus fort de l'épidémie d'il y a deux ans, qui s'était traduite par un lourd bilan, souligne le réseau, dans son bulletin hebdomadaire.

"En cinq semaines d'épidémie de grippe, 1.061.000 personnes auraient consulté un médecin généraliste" pour des syndromes grippaux (fièvre brutale supérieure à 39°C, douleurs musculaires et signes respiratoires), estime Sentinelles, à partir des données de son réseau de 1.400 médecins généralistes et pédiatres.

Au cours de la semaine du 9 au 15 janvier, le nombre de nouveaux cas a continué d'augmenter, avec 409 consultations pour 100.000 habitants contre 395 la semaine précédente. Le pic de l'épidémie - le stade à partir duquel le nombre de nouveaux cas commence à diminuer - n'est donc pas encore franchi au niveau national, même s'il est "proche", selon Sentinelles.

Au niveau régional, les taux d'incidence les plus élevés ont été observés en Provence-Alpes-Côte d'Azur (733 cas pour 100.000 habitants), Corse (563 cas) et Occitanie (506 cas).

A titre de comparaison, lors de la dernière épidémie sévère de grippe hivernale, il y a deux ans, "l'incidence dépassait 800 cas pour 100.000 habitants au moment du pic épidémique", rappelle Sentinelles. Cette épidémie, causée par la même souche de virus que cet hiver, avait été partiellement responsable d'une surmortalité évaluée à 18.000 personnes.

Les signes cliniques rapportés la semaine dernière par les médecins du réseau ne présentent "pas de signe particulier de gravité", avec un taux d'hospitalisation "estimé à 0,7%", stable par rapport à la semaine précédente.

Chez les plus de 65 ans, le taux d'hospitalisation suite à une consultation en médecine générale pour syndrome grippal est "proche de 3%", un niveau "élevé, sans pour autant être exceptionnel". "Ce taux pourrait diminuer dans les prochaines semaines et il faut attendre la fin de l'épidémie pour être en mesure de le comparer aux valeurs des années passées", avertit Sentinelles.

Le virus en cause reste très majoritairement le virus de souche A/H3N2 (94% des prélèvements positifs), "connu pour affecter de façon plus sévère les personnes âgées".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Cette année, le virus ne semble pas plus virulent mais affecte plus sévèrement les personnes âgées.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-