Journée mondiale des toilettes: un milliard de personnes toujours sans commodités

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Journée mondiale des toilettes: un milliard de personnes toujours sans commodités

Publié le 19/11/2014 à 12:29 - Mise à jour à 17:59
©Thomas Mukoya/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): AS
-A +A

La Journée mondiale des toilettes est l'occasion de rappeler que plus d'un milliard de personnes dans le monde vivent sans toilettes, loin du confort des sociétés occidentales développées.

Ce mercredi 19 novembre célèbre la Journée mondiale des toilettes, soutenue par l'Organisation des nations unies (ONU) et Action contre la faim. Consacrer une journée aux "petits coins" pourrait faire sourire. Mais le sujet n'est pas si léger qu'il n'y paraît. Selon un rapport annuel de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), plus d'un milliard de personnes vivent encore sans toilettes et 2,5 milliards n'ont pas accès à un "assainissement amélioré" dans le monde. Le sujet reste un problème sanitaire et géopolitique d'envergure.

Sur ce milliard de personnes qui vivent sans commodités, près de 825 millions vivent dans seulement 10 pays, principalement en Asie et en Afrique. L'Inde, le Pakistan, la Chine, le Libéria et le Nigéria, entre autres, sont particulièrement concernés par l'absence de sanitaires.

Cette Journée mondiale des toilettes existe depuis 2001 et une "Organisation mondiale des toilettes" s'occupe de cette cause. L'Inde, par exemple, consacre même aux toilettes un festival étalé sur trois jours, juste avant la journée mondiale.

L'absence de toilettes est cause de nombreuses maladies, dont certaines sont mortelles, comme la dysenterie, qui tue environ 2,2 millions de personnes par an. L'accès aux sanitaires serait même un enjeu clé, dans la période actuelle, dans la lutte contre Ebola. Le Nigéria a appelé sa population à ne pas se soulager en plein air, par risque que le virus se propage par les liquides humains.

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon, s'est exprimé mercredi 19 à ce sujet. "Nous avons l’obligation morale de mettre un terme à la défécation à l’air libre et le devoir de protéger les femmes et les filles contre le risque d’agression et de viol découlant de l’absence d’installations sanitaires". 

 

 

Auteur(s): AS

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'accès aux sanitaires est encore un problème dans de nombreux pays, notamment en Afrique.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-