La fessée de nouveau dans le débat public

La fessée de nouveau dans le débat public

Publié le 19/11/2014 à 08:46 - Mise à jour le 24/11/2014 à 10:36
©Ha Designs/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): AS
-A +A

Le débat sur la fessée refait surface. Laurence Rossignol, secrétaire d'Etat à la Famille, appelle à une "éducation sans violence". L'interdiction de la fessée, évoquée en mai dans le cadre de l'examen de la loi Famille, avait été rejetée par l'Assemblée nationale.

Le débat sur la fessée est de nouveau relancé. A l'origine du retour de ce serpent de mer de la vie politique française: Laurence Rossignol. La secrétaire d'Etat à la Famille veut promouvoir "une éducation sans violence" dans les familles françaises. Et pour cela, elle appelle à une "prise de conscience collective" de la société au sujet des punitions corporelles. Elle a réagi mardi 18, au lendemain de l'alerte de la Haute autorité de santé (HAS) sur les trops nombreux cas de maltraitance des enfants, pour lesquels les médecins sont encore souvent réticents à intervenir.

Car en France il existe toujours deux écoles à ce sujet, les pro-fessée et les anti, Laurence Rossignol le sait. Elle s'est défendue de vouloir porter atteinte à la liberté éducative des parents. "On peut être parents et se faire obéir sans recourir à la violence, surtout quand il s'agit de petits enfants", a-t-elle expliqué sur Europe-1. Aux parents de prendre conscience de la limite entre "la petite violence banale, quotidienne, dite +éducative+, et la maltraitance douloureuse qui laisse des stigmates aux enfants". Le code civil français proscrit déjà les violences interpersonnelles mais la question de l'éducation y fait exception.

En mai dernier, la question de la fessée avait déjà été évoquée à l'Assemblée nationale dans le cadre de l'examen de la loi Famille. Un amendement écologiste proposait son interdiction mais il ne fut pas retenu. Laurence Rossignol n'entend pas légiférer dans l'immédiat.

Le débat pourrait prendre de l'ampleur ce jeudi 20 novembre, à l'occasion de la Journée internationale des droits de l'enfant.

 

 

Auteur(s): AS

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La légitimité de la fessée divise toujours en France.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-