La mère ne veut pas que son fils aille au Marineland d'Antibes, elle partage le mot d'excuse sur Facebook (photo)

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

La mère ne veut pas que son fils aille au Marineland d'Antibes, elle partage le mot d'excuse sur Facebook (photo)

Publié le 18/06/2017 à 11:04 - Mise à jour à 11:06
©Bebert Bruno/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Une mère de famille qui défend la cause animale a fait un mot d'excuse à son fils pour ne pas qu'il aille à une sortie au Marineland d'Antibes ou des spectacles d'animaux marins sont proposés aux visiteurs. Elle a tenu à faire con
naître sa position sur les réseaux sociaux.

C'est un mot d'excuse d'une mère pour son fils qui fait le buzz sur Internet depuis sa publication le mercredi 14. Une parente d'élève d'une école du sud de la France a en effet refusé que son petit garçon fasse une sortie scolaire au parc Marineland d'Antibes dans le département des Alpes-Maritimes. La cause? Le lieu propose des spectacles d'animaux aquatiques, et la mère est totalement opposé à l'exploitation d'espèces captives à des fins de distraction et a tenu à le faire savoir.

Elle a écrit à ce titre un mot que son enfant a remis à son institutrice, et la mère de famille n'y va pas par quatre chemins. "Nous pensons qu'il n'est pas éthiquement acceptable que des dauphins et des orques qui parcourent entre 100 et 200 km par jour dans la mer, soient enfermés dans des piscines et sautent dans des cerceaux. J'enseigne à mon enfant à ne pas s'émerveiller de la détresse animale. Merci de votre compréhension, cordialement, Audrey".

Publié dans la foulée sur Facebook, le fameux mot d'excuse a été partagé, dimanche 18 au matin, plus de 7.000 fois.

La maman assure qu'elle a consulté son fils, prénommé Mani, pour être certaine qu'ils étaient sur la même longueur d'ondes et qu'elle ne le privait d'une sortie qui lui aurait fait envie. Le petit garçon scolarisé en CE1 a assuré qu'il aurait préféré se rendre au "Village des fous" situé, lui, à Villeneuve-Loubet.

Des restrictions de plus en plus importantes affluent sur les parcs aquatiques. Depuis le mois de mai, il est notamment interdit de faire se reproduire ce type d'animaux en captivité. La loi exige également un élargissement des bassins.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La mère assume, avec l'accord de son fils, de refuser un tel voyage scolaire du fait de ses convictions.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-