La prise de certains antidépresseurs lors de la grossesse favoriserait les troubles du langage chez l'enfant

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

La prise de certains antidépresseurs lors de la grossesse favoriserait les troubles du langage chez l'enfant

Publié le 17/10/2016 à 07:22 - Mise à jour à 07:40
©Flickr Creative Commons
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Une étude américaine a mis en lumière que certains antidépresseurs pouvaient augmenter les risques d’apparition de troubles de l’apprentissage ou du langage chez les enfants, lorsque la mère a pris ce type de traitement durant la grossesse.

Si 10% des femmes enceintes souffrent de dépression lors de la grossesse, il est recommandé de ne pas prendre d'antidépresseurs afin d'éviter les risques pour le nourrisson. C'est ce que vient de démontrer une étude américaine menée par une équipe de l'Université de Columbia se penche sur le lien possible entre la prise d'antidépresseurs ISRS (inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, type Prozac) pendant la grossesse et l'apparition de troubles du langage et de l'apprentissage.

Les résultats, parus dans la revue JAMA Psychiatry, établissent donc un lien entre la prescription de ces médicaments et la survenue de troubles du langage chez les enfants exposés in utero. Pour arriver à cette conclusion, les scientifiques se sont penchés sur un échantillon de 56.000 naissances entre 1996 et 2010 en Finlande.

Les enfants ont été divisés en 3 groupes distincts: 15.596 naissances entrent dans le groupe des bébés "exposés", dont les mères se sont vues prescrire des ISRS une ou plusieurs fois pendant la grossesse. Quelques 9.537 se placent dans le groupe des "sans médicaments".  Enfin, 31.207 bébés se classent dans le groupe des "non exposés", dont les mères ne souffrent pas de troubles et n'ont jamais pris d'antidépresseurs.

Il apparaît que les enfants des mères ayant acheté des antidépresseurs au moins deux fois pendant la grossesse avaient un risque de trouble du langage accru de 37 % comparativement à ceux dont les mères souffraient de dépression et d'autres troubles psychiatriques et qui n'ont pas été traitées avec ces médicaments. Le taux monte à 67% comparativement aux enfants dont la mère était en bonne santé.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une étude américaine a mis en lumière que certains antidépresseurs pouvaient augmenter les risques d’apparition de troubles de l’apprentissage ou du langage chez les enfants.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-