SNCF: cinq fois plus de TGV Ouigo d'ici 2020

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

SNCF: cinq fois plus de TGV Ouigo d'ici 2020

Publié le 23/03/2017 à 17:46 - Mise à jour à 18:15
©Jean-Paul Pelissier/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Dans l'objectif de multiplier par cinq la clientèle de son service Ouigo d'ici 2020, la SNCF a annoncé mercredi qu'elle envisage de proposer plus de trains Low Cost et de desservir plus de gares.

Multiplier par cinq le nombre de voyageurs sur le trafic des TGV Ouigo d'ici 2020, c'est l'objectif visé par la SNCF et annoncé mercredi 22 en conférence de presse par le groupe de transport ferroviaire. En service depuis maintenant quatre ans, les trains Low Cost de Ouigo concernent 5% du trafic des trains à grande vitesse en France, a affirmé la directrice de Voyages SNCF, Rachel Picard. Ce chiffre devrait passer à 25% d'ici 2020 .

L'objectif assumé par Rachel Picard est d'installer en trois ans environ 35 rames attribuées à Ouigo contre les douze existantes aujourd'hui. Le nombre de voyageurs attendu d'ici là est estimé à environ 110 millions.

Face au succès de ces trains qui proposent moins d'avantages et de confort (pas de wagon bar-restaurant, rentabilité de l'espace avec des sièges plus petits), mais des prix beaucoup plus attractifs pour les voyageurs, la compagnie souhaite multiplier son offre. A l'heure actuelle, des voyages Paris-Marseille sont disponible à partir de 15 euros, entre autres. Bientôt, plus de destinations seront desservies par les TGV Ouigo. Par exemple, les villes de Bordeaux et Strasbourg d'ici le mois de juillet. Des trains à bas coût pourraient aussi partir des gares de Paris intra-muros comme la gare de Lyon ou Montparnasse.

La stratégie mise en place par la SNCF a clairement était conçue pour concurrencer l'expansion du covoiturage. "Ouigo, c'est notre arme pour faire de la croissance, pour aller chercher des clients qui ne voyageaient pas en TGV. On constate aujourd'hui sur les destinations qui sont déjà opérées par Ouigo, qu'un client sur deux n'aurait pas pris le TGV. On veut aller chercher ces nouveaux clients qui sont très sensibles au prix, qui ont compris que le contrat est différent qu'avec un TGV", a affirmé la responsable SNCF citée par Europe 1.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Des trains à bas coût pourraient aussi partir des gares de Paris intra-muros comme la gare de Lyon ou Montparnasse d'ici 2020.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-