Le fromage: une forme d'addiction

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 25 octobre 2015 - 19:32
Image
La France compte plus d'un millier de fromages différents.
Crédits
©eVidaSana/Wikimedia Commons
Drogue dure, le fromage va-t-il rester longtemps en vente libre?
©eVidaSana/Wikimedia Commons
Les grands amateurs de fromage souffriraient d'une addiction comparable à celle des drogués, des alcooliques ou des fumeurs. C'est la conclusion d'une étude de chercheurs du l'Université du Michigan.

L'amour du fromage est-il aussi fort que l'addiction à la drogue, à l'alcool ou au tabac? Peut-être pas, mais les amateurs de camembert, saint-nectaire et autres roquefort ont des comportements similaires aux drogués, aux alcooliques et aux fumeurs.

C'est la conclusion d'une récente étude de l'Université du Michigan (nord-est des Etats-Unis), publiée par l'U.S. National Library of Medicine et que rapporte le Los Angeles Times. Les chercheurs ont étudié les comportements alimentaires de 500 étudiants et les mécanismes chimiques qui font que certaines nourritures sont addictives et d'autres pas.

En tête des aliments les plus addictifs arrive la pizza, notamment parce qu'elle contient du fromage. Certains aliments --dont le fromage-- sont plus addictifs que d'autres à cause de la manière dont ils sont fabriqués: plus ils sont transformés et gras, plus ils sont addictifs, précisent les chercheurs.

Les résultats de cette étude montrent "que tous les aliments ne sont pas impliqués de manière égale dans des comportements alimentaires addictifs" mais que "les aliments très transformés, qui peuvent avoir les mêmes caractéristiques que l'abus de drogue (par exemple hautes doses, taux rapide d'absorbtion), semblent être particulièrement associés avec l'addiction alimentaire", soulignent les auteurs de l'étude.

Le fromage est d’autant plus addictif, ajoutent les chercheurs de l'Université du Michigan, qu’il contient une protéine que l’on trouve dans tous les produits laitiers, la caséine. Celle-ci, lors de la digestion, a un effet proche de celui des opiacés, à cause d'un composant chimique appelé casomorphine. 

 

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don