Les enseignants du primaire rejettent majoritairement l'avancement au mérite

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Les enseignants du primaire rejettent majoritairement l'avancement au mérite

Publié le 19/09/2016 à 20:09 - Mise à jour à 20:10
©Jean-Paul Pelissier/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

Un sondage mené par le SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire, montre qu'une majorité de professeurs des écoles rejettent l'idée que l'avancement de carrière soit conditionné aux conclusions des inspections. Le ministère de l'Education prévoit un système d'évaluation basé sur l'accompagnement mais qui permettrait aussi aux professeurs les plus "engagés" d'avoir une accélération de carrière d'un an.

Les professeurs des écoles souhaitent une évaluation des enseignants qui leur apporte des conseils et qui n'induise pas un avancement au mérite, selon une enquête du premier syndicat du primaire, dévoilée ce lundi 19.

Le SNUipp-FSU a interrogé des professeurs des écoles sur des propositions du ministère dans le cadre de négociations pour réformer l'évaluation des enseignants. Le projet prévoit un avancement au mérite pour certains, même si la ministre évite cette qualification, préférant parler "d'engagement". Plus de 10.000 professeurs des écoles ont répondu depuis le 9 septembre.

La ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem, avait annoncé fin mai qu'il y aurait quatre rendez-vous de carrière, dont deux permettant à 30% des personnels très "engagés" (éducation prioritaire, direction d'école...) d'avoir une accélération de carrière d'un an.

Pour l'évaluation des profs, elle avait annoncé un "double regard" de l'inspecteur et du chef d'établissement. Ce "double regard" concerne le secondaire, où il existe un chef d'établissement, mais pas le primaire où le seul supérieur hiérarchique est l'inspecteur, souligne Francette Popineau, secrétaire générale du SNUipp-FSU.

Un peu plus de la moitié des professeurs ayant répondu à la consultation du SNUipp-FSU (53%) rejette l'idée que l'inspection permette d'offrir une meilleure carrière à certains enseignants. En outre, 81% s'opposent à la possibilité que seul l'avis de l'inspecteur soit pris en compte pour les deux rendez-vous d'évaluation susceptibles d'accélérer la carrière de 30% des professeurs.

Plus de 80% jugent l'actuel système d'inspection "insatisfaisant" ou "plutôt insatisfaisant" et 85% estiment que l'inspection doit accompagner les professeurs et leur donner des conseils pédagogiques.

"Ce que propose le ministère va dans le sens de l'accompagnement et l'aide que revendiquent les enseignants", mais "c'est contrarié par ces deux rendez-vous. A partir du moment où 30% des professeurs sont choisis, on n'est plus dans l'accompagnement", déplore Mme Popineau, craignant, "une mise en concurrence". L'évaluation "n'est pas déconnectée de la carrière, c'est une déception", estime-t-elle.

Par ailleurs, 77% ne sont "plutôt pas d'accord" ou "pas d'accord" avec l'idée que chaque enseignant rédige son bilan professionnel, perçu selon le syndicat comme une charge de travail supplémentaire. Pour 59%, de nouveaux critères d'évaluation proposés pour remplacer la note pédagogique ne sont pas assez centrés sur le travail en classe.

La précédente tentative de réforme de l'évaluation des enseignants, très critiquée par les syndicats, avait donné lieu à un décret publié par l'ancien ministre Luc Chatel en 2012, abrogé par la gauche avant sa mise en application.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Selon le sondage, 85% des professeurs des écoles estiment que l'inspection doit les accompagner et leur donner des conseils pédagogiques.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-