Noyades d'enfants en hausse: l'apprentissage dès la maternelle comme solution

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Noyades d'enfants en hausse: l'apprentissage dès la maternelle comme solution

Publié le 15/04/2019 à 12:55 - Mise à jour à 14:07
© KevinKrejci/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

La ministre des sports Roxana Maracineanu a dévoilé ce lundi 15 un plan "Aisance aquatique" visant a familiariser les enfants avec l'eau dès la maternelle. Le nombre de noyades impliquant des moins de cinq ans a augmenté de plus de 80% entre 2015 et 2018.

Durant l'été 2018, plus de 2.000 personnes, en grande majorité des enfants, ont survécu à une noyade, mais 254 personnes n'ont pas eu cette chance. Si le nombre de décès est en baisse, celle-ci ne s'applique pas aux enfants et le nombre d'accidents non-mortels les concernant a explosé.

Dans le détail, selon les chiffres de la dernière enquête Noyade réalisée par l'Institut de veille sanitaire (InVS), entre le 1er juin et le 31 août 2018, les noyades ont concerné 332 enfants de moins de cinq ans dont 22 n'ont pas survécu. Sur la même période en 2015, il n'avait été enregistré "que 170 noyades" dont 23 mortelles.

Voir: Noyade d'un enfant à Châteauroux - prison avec sursis pour les surveillants

Si le nombre d'accidents non fatals augmente tant, ce peut être en partie dû à "des conditions climatiques en termes de températures et d’ensoleillement particulièrement favorables à la baignade, et pour partie par une amélioration du système de surveillance sanitaire des noyades". Ces chiffres permettent toutefois de supposer qu'il est possible de réduire la part des cas mortels chez les enfants.

C'est dans cette optique qu'un plan "Aisance aquatique" a été dévoilé ce lundi 15 par Roxana Maracineanu, ministre des Sports et ancienne championne olympique de natation, qui avait peu avant sa nomination en septembre 2018 été missionnée par le Premier ministre pour travailler à l'amélioration de l'enseignement de la natation.

"Aujourd’hui, l’apprentissage de la natation commence au CP, c’est trop tard! Entre le transport et le temps passé dans les vestiaires, les élèves ne restent qu’une vingtaine de minutes dans l’eau. Les séances sont aussi trop espacées. Le corps n’a pas le temps de retenir ce qui a été appris. Résultat, la moitié des collégiens, en fin de 6e, ne savent pas bien nager. Ce n’est pas acceptable", a-t-elle déclaré au Parisien. Une première expérimentation a donc été lancée auprès d'élèves de maternelle qui "vont être initiés au milieu aquatique durant une semaine entière avec deux séances par jour". "L’idée n’est pas de leur enseigner la brasse ou le crawl, mais de les familiariser avec l’eau pour prévenir les accidents et lutter contre l’aquaphobie", précise la ministre. Si l'expérience s'avère concluante, toutes les écoles pourront y participer dès l'année prochaine.

Lire aussi:

Roxana Maracineanu, engagée et bouillonnante

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le nombre de noyade d'enfants a considérablement augmenté en trois ans.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-