Numérique: plus d'un tiers des actifs utilisent leurs outils professionnels hors du temps de travail

Numérique: plus d'un tiers des actifs utilisent leurs outils professionnels hors du temps de travail

Publié le 24/10/2016 à 14:13 - Mise à jour à 14:16
©Closon/Isopix/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Selon une étude publiée ce lundi, plus d'un tiers des actifs utilisent chaque jour leurs outils numériques professionnels en dehors de leur temps de travail. Au total, 62% d'entre eux réclament la mise en place de règles, comme le droit à la déconnexion.

Plus d'un tiers des actifs utilisent chaque jour leurs outils numériques professionnels en dehors de leur temps de travail et 62% d'entre eux en réclament une régulation, dont une très large majorité de cadres, selon une étude publiée ce lundi 24 par le cabinet Eléas, spécialisé dans la prévention des risques psycho-sociaux. Selon cette enquête réalisée fin septembre auprès de 1.010 personnes représentatives de la population active métropolitaine, près de sept actifs sur 10 (67%) utilisent les outils numériques plus de trois heures chaque jour, avec une proportion plus forte chez les cadres (81%) et les 15-34 ans (76%).

Plus d'un tiers des actifs (37%) utilise les outils numériques professionnels presque tous les jours hors du temps de travail, avec une proportion plus forte chez les artisans, commerçants, chefs d'entreprise (61%), les cadres (44%) et moindre chez les professions intermédiaires (34%) et les employés (29%). Seul un actif sur cinq (22%) considère que son entreprise intervient pour limiter les usages des outils numériques hors temps de travail, tandis que plus de 6 sur 10 (62%) souhaitent la mise en place de règles. Ils sont encore plus nombreux à réclamer une régulation parmi les cadres (75%) et les jeunes âgés de 15-24 ans (76%).

La souplesse horaire offerte par le numérique reste cependant appréciée par 40% des actifs, particulièrement les chefs d'entreprise (69%) et les cadres (53%), selon l'étude. Le numérique est perçu comme un progrès par 59% des actifs, particulièrement chez les jeunes âgés de 15-34 ans (65%), les cadres (63%) et les artisans, commerçants et chefs d’entreprise (73%). Il est considéré comme un vecteur de transformation des missions (pour un actif sur 2 et près de 6 cadres sur 10) et d'opportunités d'évolution professionnelle (pour près de 4 actifs sur 10, plus d’un chef d’entreprise sur 2, et 4 employés sur 10).

Parallèlement, les mêmes actifs ont des attentes fortes en matière d'accompagnement (64% des actifs, 69% des 55 et +) et de formation (63% des actifs, 70% des 15-24 ans) à l'utilisation des outils numériques. Ils souhaitent principalement acquérir de nouvelles compétences (64%).

Xavier Zunigo, sociologue du travail, relève qu'il "y a une vraie attente pour que les entreprises se saisissent du droit à la déconnexion dans sa dimension protectrice, lorsque le numérique devient une menace sur l'existence professionnelle et un vecteur de stress". "Pour autant, les salariés ne veulent pas perdre l'autonomie et la souplesse que leur permettent les outils numériques, puissants vecteurs de transformation vécus très positivement par une partie de la population", selon lui.

Pour Xavier Alas Luquetas, fondateur d'Eléas, le droit à la déconnexion, prévu dans la loi travail, est vu comme "un garde fou" nécessaire que les entreprises doivent prendre en compte même si aujourd'hui peu d'entre elles l'ont fait. "Il passe par un travail sur les postures managériales, les pratiques et une réflexion sur les organisations du travail". L'accompagnement et la formation "ne doivent pas seulement viser à contrer les effets pervers du numérique, mais inclure les salariés qui doivent être partie prenante dans l'évolution des usages numériques de l'entreprise", selon M. Zunigo.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Plus d'un tiers des actifs (37%) utilise les outils numériques professionnels presque tous les jours hors du temps de travail.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-