Photos retouchées et image de soi: les réseaux sociaux mauvais pour la santé mentale des jeunes

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Photos retouchées et image de soi: les réseaux sociaux mauvais pour la santé mentale des jeunes

Publié le 20/05/2017 à 15:50 - Mise à jour à 15:54
©Pexels
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Selon une étude britannique publiée vendredi, les réseaux sociaux participeraient à l'anxiété des jeunes, notamment à des problèmes liés à l'image corporelle. Ce sont donc les systèmes de partage de photos, et notamment Instagram, qui seraient les plus nocifs.

Troubles du sommeil, anxiété, dépression, tels peuvent être les impacts des réseaux sociaux sur les jeunes à en croire une étude britannique publiée vendredi 29. Celle-ci met en avant le fait que les plus utilisés au monde perturbent les adolescents car ils exacerbent les problèmes liées à l'image de soi.

En effet, à une heure où les jeunes sont accrocs à leur smartphone et aux réseaux sociaux, les photos et selfies sont au centre de leur attention. L'idée d'être jugé sur son apparence serait donc particulièrement présente pour cette génération à en croire ces recherches menées par la Royal Society for Public Health et le Young Health Movement.

Parmi les cinq réseaux les plus populaires (Facebook, Twitter, Instagram, Snapchat et YouTube) c'est donc sans surprise Instagram, entièrement dédié au partage d'images et à leur commentaire, qui serait le plus nocif, notamment pour les jeunes filles. Surtout quand beaucoup de photos se célébrités sont retouchées avant publication. Instagram est d'ailleurs talonné dans ce classement par Snapchat, autre application de partage de photos. Viennent ensuite Facebook, Twitter et enfin YouTube, le seul à avoir plus d'impacts positifs que négatifs, notamment parce qu'ils participe à la compréhension des autres.

Sur 1.500 Britanniques de 14 à 24 ans interrogés, la moitié disent que Facebook et Instagram exacerbent leur sentiment d'anxiété. Sept sur 10 affirment qu'ils contribuent à leur donner une mauvaise image de leur corps.

Mais la question de l'image de soi n'est pas la seule à pouvoir impacté sur la santé des jeunes. La peur de manquer un événement (bande-annnce, actualité d'un star...) aurait également un rôle.

La Royal Society recommande donc aux réseaux sociaux de développer des systèmes permettant d'identifier les signes de dépression chez les utilisateurs ou encore de repérer les photos retouchées qui peuvent donner de complexes. Elle juge également nécessaire une meilleure éducation des jeunes sur l'utilisation et les dangers de ces sites.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La moitié des 14-24 ans disent que Facebook et Instagram exacerbent leur sentiment d'anxiété.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-