Physalies sur les plages bretonnes: quels sont les risques en cas de piqûre

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Physalies sur les plages bretonnes: quels sont les risques en cas de piqûre

Publié le 18/09/2017 à 10:58 - Mise à jour à 11:14
©Flickr/Creative Commons
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Des physalies, petites créatures marines à l'apparence de méduse, ont été repérées ce week-end sur plusieurs plages du Finistère. Même lorsqu'elles sont mortes, leur venin reste potentiellement mortel. Toutefois le risque est en l'occurrence à relativiser.

Ne pas toucher. Plusieurs cas d'échouage de physalies ont été rapportés samedi 16 et dimanche 17 sur les plage bretonnes. Ces étranges créatures ressemblant à des méduses représentent en effet un danger pour l'homme, leur venin pouvant être mortel.

Elles ont notamment été signalées dans le Finistère à Saint-Laurent, port de Mazou, Porspoder, Porsmeur, Plouescat, Saint-Pabu et dans la baie des Trépassés, rapporte Le Télégramme.

Les physalies, également appelées galères portugaises ou encore vessies des mers, peuvent mesurer jusqu'à une vingtaine de centimètres, sans compter les filaments qu'elles trainent derrière elles. Leur aspect et leur couleur violette leur donnent des airs de méduses mais elles appartiennent à la famille des siphonophores marins, comme les anémones de mer.

Et comme elles, elles sont venimeuses. Leurs filaments de plusieurs mètres de long libèrent un puissant poison qui peut provoquer bien sûr une forte douleur urticante, mais aussi des symptômes plus grave tels des douleurs musculaires, des vomissements, une gène respiratoire ou une perte de connaissance et même jusqu'à l'arrêt cardiaque. Il est donc fortement déconseillé d'y toucher, le pouvoir urticant des filaments demeurant même après l'échouage et la mort de l'animal.

Toutefois, les spécialistes en la matière se veulent rassurants. D'une part parce que la présence des physalies n'est pas exceptionnelle sur les côtes atlantiques de France, notamment en Aquitaine. D'autre part parce que les spécimens retrouvés sont de tailles assez modeste, autour de cinq centimètres. Il est donc très peu probable qu'un cas d'envenimement mortel survienne.

Comme pour les méduses, la présence des phylasies présence dépend des courants, des marées et des vents qui s'engouffrent dans leur voile. Elles pourraient donc disparaître aussi vite qu'elles sont arrivées.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les physalies peuvent provoquer de vives douleurs potentiellement létales, même lorsqu'elles sont mortes.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-