Sécurité routière: les écarts de conduite les plus fréquents sur l'autoroute

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Sécurité routière: les écarts de conduite les plus fréquents sur l'autoroute

Publié le 09/07/2015 à 18:36 - Mise à jour à 18:42
©Eric Gaillard/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): AZ
-A +A

En cette période de départs en vacances, l'observatoire Sanef a publié ce jeudi une étude recensant les pires écarts de conduite des automobilistes sur l'autoroute. Parmi eux, la vitesse excessive, l'oubli du clignotant ou le téléphone au volant sont les plus fréquents.

Alors que plusieurs mesures sur la sécurité routière sont entrées en vigueur le 1er juillet dernier, l'Observatoire Sanef (Société des autoroutes du nord et de l'est de la France) vient de publier, ce jeudi, un rapport sur les écarts de conduite des Français sur l'autoroute. Et sans grande surprise, ils sont nombreux. La première et non des moindres: la vitesse. D'après les résultats de cette étude, 37% des automobilistes ne respectent pas la limitation à 130km/h sur autoroute et 3% d'entre eux dépassent même les 150km/h.

Si la majorité de Français ne semblent pas inquiets de rouler au-dessus de la vitesse maximale autorisée, ils seraient aussi beaucoup à ne pas utiliser le clignotant, pourtant obligatoire lorsque l'on souhaite changer de direction. Ainsi, 35% des automobilistes n'utilisent pas le clignotant pour dépasser et 59% pour se rabattre.

Autre incivilité constatée: le téléphone au volant. Bien que cette pratique soit interdite par le code de la route et sanctionné de 135 euros d'amende et de trois points de retrait sur le permis de conduire, de nombreux Français continuent à être vissés dessus. Dans le détail, 40 conducteurs sur 1.000 utilisent leur téléphone "de manière visible, c'est-à-dire en le portant à l'oreille". Face à ce constat et afin d'enrayer la mortalité routière, le gouvernement a décidé de serrer la vis. Depuis le 1er juillet, l'utilisation des kits mains-libres et oreillettes bluetooth est interdite au volant. Seuls les dispositifs bluetooth intégrés aux véhicules ou les dispositifs intégrés aux casques pour les deux-roues restent autorisés.

En parallèle, l'étude publiée par la Sanef met le doigt sur un autre comportement à risque: le non-respect des distances de sécurité. Malgré les nombreuses vidéos de prévention, un automobiliste sur 4 observé roule encore trop près du véhicule qui le précède, ce qui représente un risque en cas de freinage ou d'inattention. Les conducteurs ont également pris l'habitude de rester sur la voie du milieu alors qu'ils sont censés rouler sur la voie de droite lorsqu’elle est libre. Au total, plus d’un sur 3 occupe la voie centrale de manière abusive.

Pour parvenir à ces résultats, l'organisme a effectué l'étude dans une zone neutre sans particularités pouvant influencer l'automobiliste (comme par exemple la présence d'un radar): une portion de l'A13 dans le sens Caen-Paris. Au total, 168.000 véhicules ont été observés sur une semaine. 

 

Auteur(s): AZ

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-