Tablettes et smartphones: les écrans déconseillés aux enfants de moins de 3 ans

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Tablettes et smartphones: les écrans déconseillés aux enfants de moins de 3 ans

Publié le 08/09/2016 à 16:09 - Mise à jour à 16:21
©Thomas Peter/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Au total, près de la moitié des enfants de moins de trois ans utilisent des écrans interactifs comme des tablettes ou des smartphones. Face à ce constat des plus inquiétants, les spécialistes ont tiré la sonnette d'alarme, émettant aux parents quelques pistes à suivre.

Les chiffres sont inquiétants. Selon une étude menée par l'Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA), 47% des enfants de moins de 3 ans utilisent des écrans interactifs comme des tablettes ou des smartphone. Face à ce constat, les pédiatres n'ont pas tardé à tirer la sonnette d'alarme. Selon eux, ces outils peuvent avoir des conséquences négatives sur le développement des plus jeunes.

Pour le Dr François-Marie Caron, pédiatre à Amiens et membre de l'Afpa, l'enfant de moins de trois ans doit interagir avec son environnement en utilisant ses cinq sens afin qu'il se construise ses repères spatiaux et temporels. Concrètement, les jeux traditionnels et les livres sont donc à privilégier. "L'enfant n'a pas besoin d'une tablette pour se développer. S'il n'en a pas, il ne prendra pas de +retard+ sur les autres", a-t-il expliqué. Et d'ajouter: "si l'enfant est demandeur, on peut l'initier à son utilisation, à partir de 2 ans et demi. Il est important de privilégier le jeu à partager, sans autre but que de jouer ensemble".

Pour les enfants âgés de trois à six ans, l'utilisation des tablettes ne pose en revanche pas de problème. Seulement voilà: elle ne doit pas monopoliser son attention et se substituer aux jouets traditionnels. Les spécialistes recommandent donc aux parents de veiller sur leurs enfants, en surveillant notamment le temps qu'ils passent dessus mais aussi en leur interdisant d'utiliser ce genre de technologie avant d'aller dormir.  

Quant à la télévision, les spécialistes se montrent clairs: les programmes diffusés et la publicité incessante provoquent chez les plus jeunes une très forte charge émotionnelle. Conclusion:"le journal télévisé est à éviter avant 6 ans et, dans les années qui suivent, il ne peut être regardé sans l'accompagnement d'un parent", a expliqué le Dr François-Marie Caron déconseillant au passage d'installer un poste dans la chambre de leurs enfants.

Au-delà de cet âge, les parents doivent également faire attention aux dangers d'Internet. Notamment, en raison de la fragilité psychologique des jeunes."La Toile brouille deux repères qui sont alors en construction: la distinction entre l'espace intime et l'espace public et la notion du point de vue de l'autre", explique en parallèle le pédiatre. Il est donc conseillé, avant l'âge de 9 ans et même après, de les accompagner lorsqu'ils s'y rendent.

En revanche, les réseaux sociaux sont à éviter avant 12 ans. En cause: les problématiques sociales. "Certes, ils représentent un nouvel espace d'expérimentation et assouvissent le besoin de divertissement et de communication des jeunes adolescents, mais ils peuvent aussi, paradoxalement, engendrer un sentiment de solitude, une baisse de l'estime de soi et surtout des risques de harcèlement ". 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Selon les spécialistes, les enfants n’ont pas besoin d’une tablette ni d’un smartphone pour se développer.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-