Une vague de froid généralisée venue d'Europe de l'Est attendue cette semaine en France

Une vague de froid généralisée venue d'Europe de l'Est attendue cette semaine en France

Publié le 16/01/2017 à 17:25 - Mise à jour à 17:26
©Gary Hershorn/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Une vague de froid devait arriver peu à peu en début de semaine sur la quasi-totalité de la France, la première de cette ampleur depuis 2012, alors que le gouvernement a mis en place un "pilotage national quotidien".

Sous l'influence d'air froid venu du nord-est de l'Europe, les températures devraient plonger pour atteindre des niveaux inférieurs de "quatre à huit degrés" aux normales saisonnières, en particulier à partir de mardi 17, selon Météo France. Le thermomètre devrait tomber à -11°C à Mulhouse, -9 dans le Massif central et à Strasbourg, -6 à Toulouse et -4 à Marseille. "On n'est pas dans des températures exceptionnelles", souligne toutefois Patrick Galois, prévisionniste à Météo France. "On peut parler de vague de froid d'intensité modérée, d'un bon coup de froid".

Rien à voir avec les "vagues de froid historiques comme celles de février 1956 ou de janvier 1985", quand la température avait plongé à -19 à Toulouse, explique-t-il. Le coup de froid ne devrait pas non plus avoir la même intensité que la dernière vague notable, en 2012, selon Météo France.

C'est cependant la première fois depuis cette date que le pays connaîtra "un froid aussi généralisé et peut-être durable", précise Emmanuel Demaël, également prévisionniste à Météo France. Dès ce lundi 16, des gelées matinales sont attendues entre -4/-5 et 0 degrés dans le centre, l'Est et l'arrière-pays provençal.

Les deux départements de Corse ont été placés lundi en vigilance orange neige-verglas à partir de la fin d'après-midi. Entre 1 et 5 cm sont attendus sur le littoral, et 30 à 50 cm au-dessus de 600 m. Un épisode neigeux maintient aussi le massif pyrénéen (Pyrénées-Atlantiques, Hautes-Pyrénées, Haute-Garonne et Ariège) en alerte avec risque "très fort" d'avalanche au moins jusqu'à mardi matin. Ce type de situation se produit là en moyenne 1 à 2 fois tous les 2 ou 3 ans, selon l'organisme de la prévision.

Dans les Pyrénées-Atlantiques, les domaines skiables des stations de Gourette (1.400 m), La Pierre Saint Martin (1.500 m) et Artouste sont fermés pour raisons de sécurité. "Ce (lundi) matin on a découvert d'importantes coulées (sur les routes) avec des arbres tombés et des blocs de pierre qui obstruent le passage", a indiqué la voirie départementale. Mais pas d'incident notable.

La neige sur les sommets a entraîné dimanche des coupures de routes, notamment vers Andorre, mais la vague de froid n'a pas encore touché la plaine. Il faisait entre 6 et 7 degrés à 8h00 à Toulouse.

Le thermomètre devrait surtout plonger à partir de mardi et le reste de la semaine, avec des températures souvent fortement négatives la nuit et parfois aussi la journée.

"Les températures ressenties seront au plus bas mercredi et jeudi car il y aura plus de vent", précise M. Demaël. Ainsi, dans le Nord-est, une température de -10 conjuguée à une bise de 50 km/h, "donnera lieu à un ressenti de -20 environ".

Selon Météo-France, ce froid pourrait se poursuivre la semaine prochaine. Samedi 14, le gouvernement a mis en place un "pilotage national quotidien" pour anticiper au mieux les besoins.

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a appelé collectivités locales et associations à mettre à disposition des locaux pour les sans-abri.

Sécurité civile, police, gendarmerie et sapeurs-pompiers sont mobilisés. Un "bilan quotidien des besoins" doit être établi par les préfets. "Il y aura de la place pour tout le monde" à l'abri, a promis lundi le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux.

La ministre de la Santé Marisol Touraine a déjà appelé à "une vigilance accrue" face aux risques d'intoxications au monoxyde de carbone, aux chutes dues à la neige et aux conséquences sanitaires liées au froid, en pleine épidémie de grippe saisonnière. Concernant l'approvisionnement en électricité, "il n'y a pas de coupures programmées", a indiqué le gestionnaire du réseau de transport d'électricité, RTE, qui pourrait cependant être contraint de déclencher dès mardi des mesures exceptionnelles, comme d'encourager les consommateurs à réduire leur consommation en heures de pointe.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




e vague de froid devait arriver peu à peu en début de semaine sur la quasi-totalité de la France, en particulier à partir de mardi 17.

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-