Jasons ! Borne : le mensonge dans la peau (1)

Auteur(s)
Xavier Azalbert, directeur de la publication de FranceSoir
Publié le 18 juillet 2022 - 20:00
Image
Élisabeth Borne, à l'Assemblé nationale le 6 juillet 2022
Crédits
F. Froger / Z9, pour FranceSoir
"En science, la charge de la preuve incombe à celui qui édicte une théorie ou formule une affirmation."
F. Froger / Z9, pour FranceSoir

EDITO - Le 24 avril 2022, Emmanuel Macron a été réélu président de la République. Pourtant, ce n’est que le 17 mai (soit plus de trois semaines plus tard) que le journal officiel publiait la nomination d'Élisabeth Borne au poste de Premier ministre. Quel paradoxe, ce délai de 25 jours, pour un président qui, durant la campagne électorale, n’a eu de cesse de répéter qu’une fois réélu, il se mettrait immédiatement au travail, le pays ayant besoin de réformes « urgentes ».

Le 21 mai, notre fraichement nommée Premier ministre a lâché ces mots dans un entretien au JDD : « Je ne mentirai pas aux Français ». Autant le dire tout de suite : annoncer qu’elle ne mentira pas aux Français tout en prenant la tête du gouvernement d’Emmanuel Macron… voilà déjà un premier mensonge.

En janvier 2021, nous avions suggéré à Emmanuel Macron, dans un édito sous forme de vœux, de soumettre son gouvernement au Défi de la vérité, exercice de transparence pour celui qui a parlé à plusieurs reprises de « bon sens » dans son discours du 24 novembre 2020 : « Nous devrions nous en remettre au savoir et à la science. Ne jamais céder au complotisme, à l’obscurantisme, au relativisme », disait-il.

Pourtant, le 12 juillet 2021, c’est ce même Emmanuel Macron qui a martelé plusieurs assertions scientifiques… toutes totalement fausses (voir : analyse des assertions scientifiques d’Emmanuel Macron par le Dr McCullough). « Abracadabrantesques », eût dit un de ses prédécesseurs à l’Élysée (Jacques Chirac). À juste titre, les Guignols de l’info de Canal+ l’avaient affublé du doux sobriquet de « Supermenteur ».

Rappelons qu’en science, la charge de la preuve incombe à celui qui édicte une théorie ou formule une affirmation. Aussi, Madame Borne ayant promis de dire la vérité aux Français, il serait normal, logique, et même justice que celle-ci réponde aux Français sur les nombreuses assertions de notre chef de l’Etat. Si tant est, évidemment, qu’elle souhaite défaire son gouvernement de cette étiquette de « mensonge dans la peau ».

Notre proposition formulée en janvier 2021 est restée lettre morte, il est donc fort à parier que notre Premier ministre emprunte le sillage tracé par son prédécesseur, Jean Castex : l’obscurantisme. Si Elisabeth Borne a échappé à la motion de défiance, elle n’a pas pour autant recueilli la confiance.

« Gouverner par projet », nous a-t-elle dit souhaiter, « en tenant les Français informés », a-t-elle ensuite annoncé. Fort bien. Pour nous tenir informés, nous l’invitons à répondre à cette série de questions avec honnêteté.

Sur le virus :

·       Quelles étaient les informations relatives à la Covid-19 dont disposait le gouvernement et les diverses autorités sanitaires avant la déclaration de l’urgence santé publique de portée internationale par l’OMS le 30 janvier 2020 ?

·       Le 17 mars, alors que la France se confinait, Agnès Buzyn créait un tollé en confiant dans le Monde avoir alerté dès janvier 2020 le Premier ministre sur la gravité de la pandémie : « Quand j’ai quitté le ministère, je pleurais parce que je savais que la vague du tsunami était devant nous ». Qu’a dit précisément Agnès Buzyn avant son départ du gouvernement ?

·       Pourquoi ne pas reprendre l’analyse complète de l’origine du virus afin d’en identifier la biochimie et l’impact sur chacune des voies pour l’humain, dans les faits le mécanisme de son fonctionnement ?

Sur les mesures sanitaires :

·       Un modèle mathématique peut être calibré en reprenant les prévisions des chercheurs réalisées dans le passé. Par exemple, pour Ferguson, ces modèles ont eu des sur-estimations d’un facteur 10 à 100. En conséquence, lors de la validation des mesures prises à l’occasion du premier confinement, les modèles de Cauchemez, Fontanet et Ferguson sur lesquels ces décisions se sont fondées, ont-ils été calibrés ?

·       Quels contacts ont été établis avec les pays dans lesquels l'épidémie avait de l’avance et quelles leçons ont été tirées de leur expérience ? S’il en existe, quel est le contenu exact des notes qui ont été prises à ce sujet ? En 2006 une étude de l’OMS soulignait l’inefficacité des mesures d’isolement lors de la grippe espagnole. Pourquoi ne pas avoir repris cette analyse ?

·       Sans appliquer de restrictions sanitaires strictes, la Suède, entre autres exemples, a obtenu de bien meilleurs résultats que la France en matière de mortalité Covid. Pourquoi ne pas comparer la stratégie sanitaire française avec celle des autres pays qui ont obtenu de meilleurs résultats ?

·       Comment le gouvernement explique-t-il le fiasco sur les stocks de masques révélé en mars 2020, puis, deux mois plus tard, son revirement complet de doctrine sur l’efficacité du port de masque jusqu’à rendre son utilisation obligatoire ?

Sur les traitements précoces :

·       Comment se fait-il que le gouvernement ne prenne pas attache auprès de pays comme l’Inde, le Sénégal ou le Nigéria ou même le Japon qui ont obtenu de bons résultats en faisant usage des traitements précoces ?

·       Quelles sont les raisons intrinsèques du classement de l’hydroxychloroquine sur la liste des substances vénéneuses, en novembre 2019, signé dans un arrêté en janvier 2020 ?

·       Quel est le rôle du laboratoire Sanofi dans cette action ? Peut-on dans une commission enquêter sur le lien éventuel avec leur produit en développement, le SARILUMAB (de Sanofi Genzyme), vendu à 800 €, soit 40 fois plus cher que le Plaquenil ?

·       Comment se fait-il que la recherche sur les traitements ait été restreinte à combat de science à deux ou trois traitements ?

·       Comment se fait-il que le Plaquenil, pour lequel on apprend qu’il n’y avait que 300 000 boîtes disponibles en France, a été retiré, ceci au motif qu’il y avait un risque de carence, cela alors que, pendant ce temps-là, l’armée a importé massivement de la chloroquine, en fûts, et que le Brésil a reçu des États-Unis, deux millions de cachets de Plaquenil ?

·       Était-ce donc juste un problème logistique spécifique à la France ou était-ce autre chose ?

·       Sur l’ivermectine utilisée avec succès en Inde, au Japon, au Mexique dans certains États, au Nigéria, pourquoi ne pas avoir fait appel aux scientifiques de ces pays ? Quelles analyses ont été faites sur l’ivermectine en France ? Pourquoi s’en est-on remis uniquement à l’avis de l’OMS, alors que de multiples études ont démontré son efficacité et que des scientifiques français soutenaient son utilisation ? Pourquoi ne pas évoquer la plainte pénale au sujet de la fraude scientifique sur l’ivermectine ? 

·       Pourquoi ne pas faire un usage approprié des études de l’IHU Méditerranée qui a obtenu des résultats exemplaires dans le traitement de la Covid ?

Sur la liberté de prescrire :

·       Quel est l’intérêt, pour les patients, d’interdire aux médecins de prescrire, ceci alors que ces derniers sont détenteurs « du droit d’ordonnance » ?

·       Comment se fait-il que le gouvernement ait mis en place une stratégie dans laquelle le Doliprane et la préconisation tristement célèbre « Restez à la maison et appelez le 15 en cas de problème », ont primé sur l’amélioration les défenses immunitaires, notamment par la prise de vitamine D, de vitamine C et de zinc ?

·       Comment se fait-il que nos instances sanitaires utilisent comme règle d’or, des méthodes qui sont décriées en pleine pandémie, comme, par exemple, le recours à des essais randomisés ?

·       Et pourquoi n’offrent-elles pas la transparence sur les données relatives aux différents résultats produits par les décisions adoptées au cours de la crise sanitaire, malgré les engagements pris à cet égard par le président de la République et le ministre des Solidarités et de la Santé ?

·       Pourquoi aucune preuve n’a été fournie qui puisse être indépendamment validée en toute transparence ?

·       Comment se fait-il que l’essai britannique Recovery sur l’efficacité de l’hydroxychloroquine soit utilisée comme référence, alors que le dosage employé dans l’étude est jugé toxique par certains experts, à commencer par notre autorité du médicament ?

·       Pourquoi la souveraineté sanitaire des Français est-elle ainsi remise entre les mains d’Anglais, l’étude Recovery d’Oxford étant citée comme celle détenant le plus de poids dans les méta-analyses permettant de disqualifier l’hydroxychloroquine ?  Pourquoi ne pas avoir repris l’analyse faite par les scientifiques italiens présentée au Sénat italien montrant que Recovery s’adressait à des patients hospitalisés ?

Sur les tests PCR :

·       Un cas positif au Covid-19 n’est pas un malade du Covid-19. Comment se fait-il que le gouvernement ait ordonné des campagnes massives de tests, sans discernement entre les cas symptomatiques et les cas non symptomatiques ?

·       Pourquoi ne pas faire une analyse coûts-bénéfices en mesurant l’utilité positive de ces tests sur la réduction de la mortalité Covid, puisqu’ils ont coûté très cher au pays ?

Sur les vaccins :

·       Comment se fait-il que l’on évoque le vaccin (une décision lourde de conséquence) sans études vérifiées par des tiers, et que dès à présent, un nouvel agenda de vaccination soit prévu, en dépit de ce manque de vérifications ?

·       Pourquoi le gouvernement semble à ce point vouloir mettre la charrue avant les bœufs, suscitant ainsi le doute sur la vaccination par son absence de transparence sur l’innocuité de ces produits ? Il s’agit d’une attitude qui donne à la population l’impression que les profits de l’industrie pharmaceutique passent avant la santé publique.

·       Comment se fait-il que tous les moyens ne soient pas mis en œuvre en vue de démontrer qu’un traitement alternatif fonctionne ? Y-a-t-il un excès de prudence quand il s’agit de repositionner des médicaments anciens génériques peu chers alors que pour les thérapies vaccinales on utilise des procédures d’urgence accélérée en omettant des pans entiers d’études (biodistribution, immuno-toxicité, génotoxicité)

·       Pourquoi le gouvernement ne prend-il pas en considération les effets secondaires déclarés par l’ANSM (165 000 cas), ainsi que le rapport de l’OPECST ?

·       Pourquoi le gouvernement ne demande-t-il pas un audit indépendant sur la vaccination qui a démontré n’empêcher ni la transmission ni la contamination, outre que son efficacité contre les formes graves est incertaine ?

·       Pourquoi le gouvernement s’enferme-t-il dans une communication biaisée par le biais du slogan « tous vaccinés tous protégés » plutôt que de reconnaitre le caractère erroné de ces affirmations ?

Sur les moyens donnés à l’hôpital :

·       Comment se fait-il que la liberté et l’avenir des Français soient conditionnés au niveau d’occupation des lits en réanimation ?

·       En 2020, le ministre de l’Économie nous a déclarés que la crise (série en cours) a coûté quelque 86 milliards et 130 milliards de prêts garantis. Avec seulement quelques-uns de ces très nombreux milliards, il aurait été aisément facile d’augmenter le nombre de lits en réanimation, comme l’ont fait les Allemands. Pourquoi ne l’a-t-on pas fait ?

·       Pourquoi ne pas réintégrer les soignants non vaccinés alors que l’hôpital se meurt ? Cette rupture d’égalité entre individus vaccinés et non-vaccinés n’est-il pas contraire à la devise de notre Nation ?

Sur le « décret Rivotril » et le triage des patients :

·       Comment se fait-il que le Gouvernement ait laissé prescrire un médicament en AMM en ville, alors que l’on sait qu’il ne doit pas être utilisé en cas de pneumopathie ?

Sur le rapport de l’OPECST :

·       Comment se fait-il que vous n’en ayez pas parlé dans votre discours de politique générale ? Ce rapport reconnait pourtant certains effets secondaires du vaccin anti-Covid, et demande à l’ANSM d’améliorer sa communication à ce sujet.

·       Comment se fait-il, alors que les données de la science ont évolué, qu’aucun moratoire sur la vaccination n’ait encore eu lieu ? (Voir le courrier de l’association BonSens.org)

 

Merci d’avance, Madame le Premier ministre, de faire en sorte que, par les réponses claires, précises, sincères, franches et honnêtes que, j’ose l’espérer, vous daignerez apporter à au moins une seule de toutes ces questions, il ne soit plus possible d’utiliser à votre endroit cette formule de feu-Monsieur Jean Amadou (2) :

« Comment sait-on à coup sûr qu’un homme politique est en train de mentir ?

C’est simple !

Ses lèvres bougent. »

(1) en référence à la trilogie cinématographique où le personnage de Jason Bourne (créé par l'écrivain Robert Ludlum et interprété par Matt Damon) est un tueur de la CIA qui souffre d’amnésie

(2) le plus grand chansonnier français de l’histoire, tant par la taille (1,96 m) que par (surtout) le talent.

 

À LIRE AUSSI

Image
Prise de la bastille
La Bastille France
EDITO - Serons-nous, Français, les derniers à nous mettre à naviguer contre le vent et la marée ? Allons-nous être les derniers à maintenir le cap « prison » fixé par...
14 juillet 2022 - 13:25
Opinions
Image
Loterie
Et si tout ceci n’était que le fruit d’un "neuro" marketing gouvernemental: vaccination et loto, un jeu qui se vaut ?
EDITO - Le neuromarketing, dont l’utilité n’est pas totalement « reconnue », a permis d’identifier, grâce à de nombreuses études cognitives mais aussi sociologiques, l...
30 juin 2022 - 19:17
Opinions
Image
Assemblée nationale
De l’importance d’une Assemblée vraiment nationale
Depuis hier soir, ne serions-nous pas en train d’assister au grand retour du peuple à l’Assemblée nationale ? Avec le succès de la Nupes, la poussée historique du Rass...
20 juin 2022 - 19:46
Opinions
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don