"Le monde de demain est le nôtre, c'est à nous de nous interroger" - Juliette Deschateaux

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

"Le monde de demain est le nôtre, c'est à nous de nous interroger" - Juliette Deschateaux

Publié le 31/08/2021 à 16:58
Juliette Deschateaux / FS
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A

Jeune étudiante de 18 ans, après une classe préparatoire, Juliette Deschateaux devait se lancer cette année en école de commerce, avant que le passe sanitaire ne la fasse déchanter. Elle a décidé de ne pas se laisser faire et de la jouer autrement en créant un site web : Contre la vaccination obligatoire des étudiants. De cette façon, elle réunit de nombreux jeunes qui vivent mal la supercherie, et recueille leurs témoignages.

En tant qu'étudiante, comment avez-vous vécu l'année écoulée ?

L'année passée, à 17 ans et après avoir eu mon bac, j'ai décidé de m'orienter vers une classe préparatoire aux grandes écoles afin de préparer les concours d'écoles de commerce. J'étais donc dans une formation post-bac, mais toujours rattachée au lycée. J'ai alors eu la chance d'avoir l'intégralité de mes cours en présentiel, en étant huit heures par jour au lycée, du lundi au samedi. J'ai seulement été contrainte à une semaine de confinement en février car ma classe présentait de nombreux cas positifs, ainsi qu'au confinement d'avril 2021 qui a duré un mois. J'estime avoir eu beaucoup de chance d'avoir pu étudier en présentiel, car c'était loin d'être le cas partout. Quand je parlais avec mes amis à l'université par exemple, ils ne connaissaient jamais plus de deux ou trois prénoms de leur promotion en février...

Personnellement, j'ai donc eu une année à peu de choses près normale. J'ai changé de ville et de région pour cette "prépa", et j'ai pu rencontrer beaucoup d'étudiants, je me suis fait des amis facilement et j'ai réussi à valider mon année. 

Qu'est-ce qui vous a poussé à créer votre site web, quels ont été les éléments déclencheurs?

Cette année, après avoir passé des concours d'école de commerce, j'ai été acceptée dans l'une d'entre elles. J'étais ravie et n'avait qu'une seule hâte : faire ma rentrée et rencontrer de nouvelles personnes, dans une ambiance moins stressante et studieuse que la "prépa". J'ai décidé de contacter l'école à plusieurs reprises afin de m'informer au sujet des mesures sanitaires qui seraient mises en place pour la rentrée 2021. L'école m'a d'abord dit que le passe sanitaire serait demandé pour toute la vie associative, mais qu'évidemment, un test négatif avait autant de valeur qu'un vaccin. J'étais rassurée, car j'étais prête à jouer le jeu des tests pour participer à cette vie extra-scolaire et pour protéger les autres. Cependant, le 24 août, à quelques jours de la rentrée, j'ai reçu un e-mail du BDE (Bureau des étudiants), qui organise tous les événements en dehors des cours, disant que la double vaccination serait obligatoire (tests non acceptés) afin de participer à leurs activités. Pour résumer, toute la vie associative nécessite une double vaccination. Aujourd'hui, je ne suis pas prête à me faire vacciner et j'ai trouvé que cela était purement et simplement une obligation déguisée. Si je ne voulais pas me retrouver seule dès le début, dans une ville que je ne connais pas et avec des étudiants que je ne connais pas également, je devais me faire vacciner. Sans quoi, j'allais être isolée des autres étudiants, et tout le monde sait à quel point la vie associative d'une école est importante ; la majorité des rencontres se font là-bas et des après-midi entiers de cours sont libérés afin que les étudiants y participent. 

Le soir où j'ai reçu cet email, j'ai ressenti une énorme injustice. J'ai donc décidé de renoncer à cette école au dernier moment. Je me sentais seule dans ce cas car je voyais tous les étudiants autour de moi céder à cette vaccination... J'ai donc voulu créer un site internet afin d'expliquer ce "forcing" fait par mon école pour que je me fasse vacciner et afin évidemment de demander si d'autres étudiants étaient dans mon cas. J'avais besoin de savoir que je n'étais pas seule. Je me suis donc réellement réveillée il y a quelques jours, mais je pense qu'il n'est jamais trop tard et que les jeunes ont un réel rôle à jouer dans ce combat pour nos libertés.

Les témoignages ont-ils été nombreux ? Comment les avez-vous perçus ? Quelles sont les principales préoccupations de la jeunesse, selon vous ?

J'ai créé mon site le 25 août au soir et le lendemain en me réveillant, j'avais déjà des centaines de messages... De nombreux parents inquiets m'ont contactée et de nombreux étudiants dans mon cas m'ont aussi partagé leur témoignage... Je pensais être seule à être prête à sacrifier mes études pour préserver mes libertés mais en réalité, des dizaines et des dizaines d'étudiants m'ont écrit, tout aussi préoccupés que moi. Ils sont nombreux à être en étude d'infirmier ou en médecine et à être contraints à la vaccination obligatoire avant le 15 septembre, mais beaucoup sont comme moi, privés de vie associative ou tout simplement contre ce passe, et veulent se battre avant que celui-ci entre en vigueur dans leurs études. J'ai finalement rencontré beaucoup d'étudiants en réelle détresse qui n'hésitent pas, comme moi, à renoncer à leurs études car la pression est trop forte au sujet de cette vaccination. 

La majorité des jeunes en ont marre de tout ça. À 20 ans, on a envie de sortir, s'amuser, côtoyer ses amis, voyager... Alors après une année aussi restrictive, les jeunes sont prêts à beaucoup de choses pour retrouver ce qu'ils pensent être leur liberté (boîtes de nuit, restaurants, bars, cinémas...), c'est pourquoi beaucoup cèdent à la vaccination. Je trouve cela particulièrement triste car finalement, le vaccin est réalisé par les jeunes avant tout pour des raisons sociales et non pour des raisons sanitaires.

Je pense qu'il faut que la jeunesse se réveille car, comme de nombreux médias le disent, nous sommes plutôt absents lorsqu'il s'agit de revendiquer nos libertés. Les parents ont fait leur part du travail en nous mettant en garde, en manifestant, en créant des collectifs... mais le monde de demain est le nôtre et je pense que c'est à nous de nous interroger sur le monde dans lequel nous voulons vivre plus tard et celui que nous voulons transmettre à nos enfants. 

Pour rejoindre ou soutenir le collectif : Contre la vaccination obligatoire des étudiants

Comment envisagez-vous la suite, en tant qu'étudiante et/ou collectif ?

J'avoue que mon avenir en tant qu'étudiante m'importe moins, en ce moment, et je veux mener ce combat contre le passe sanitaire. Mon avenir d'étudiante se fera en université d'économie afin de gagner un maximum de temps sur l'obligation vaccinale, pas encore demandée en fac. En ce qui concerne notre collectif, il s'agrandit chaque jour... Nous sommes très motivés à agir au plus vite car cette obligation devient de plus en plus pressante. Il faut agir vite. Pour le moment, nous essayons de réunir un maximum d'étudiants et nous espérons agir dès le 11 septembre, à Paris.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Juliette Deschateaux - Contre la vaccination obligatoire des étudiants

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir