" Et revive la France" : lettre à Monsieur le président de la République Française

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

" Et revive la France" : lettre à Monsieur le président de la République Française

Publié le 06/02/2021 à 17:23
@FranceSoir
PARTAGER :

Auteur(s): Francis Lalanne

-A +A

TRIBUNE

Monsieur le Président,

J'ai appelé à la mobilisation générale du peuple français et à celle de tous les corps intermédiaires en vue d'obtenir votre destitution.
Je persiste, et je signe. Mais peut-être ai-je tort.
Considérez donc la présente comme une tentative de conciliation avant procès.

C'est à présent à vous que je m'adresse dans cet organe de presse indépendant, dont je n'oublie pas qu'il a été à sa création en 1941 ce qu'il est redevenu aujourd'hui : le journal de la Résistance.

J’entends dire ici et là que je m’adresse à vous de manière trop véhémente.

Sans doute fait on référence à l’expression de la colère légitime que vous m’inspirez ainsi qu’à un grand nombre de Françaises et de Français.

Certes, il est vrai que la colère est souvent mauvaise conseillère, mais comme le dit Voltaire : « il n’y a pas de vérité sans colère ».

C’est donc au nom de la vérité que je vous adresse aujourd’hui ces paroles. Cette fois sans hausser le ton.

Car je vois, et vous en remercie, que vous semblez « décider » de repousser l’irréparable en ajournant, chaque jour un peu plus, le nouveau confinement...

Cela peut être pour vous donner le temps que la sagesse exige de la réflexion.

Vous voici devant l’alternative face à laquelle vous a conduit votre dérive totalitaire : soit reconnaître l’erreur, soit commettre la faute.

Chaque être étant éminemment faillible, les Françaises et les Français dont nombre encore vous aiment, sauraient, j’en suis certain, vous pardonner l’erreur. Mais pas la faute.

Si vous persistiez dans l’erreur, ne pouvant plus ignorer aujourd’hui qu’elle a été commise, nulle Française et nul Français, au regard de l’Histoire, ne pourrait justement vous absoudre.

Vous auriez donc à en répondre devant le tribunal implacable de la postérité ; sans oublier, bien sûr, la juridiction compétente...

Le jeu en vaut-il la chandelle ?

 

Monsieur le Président,

À la lumière de ce que les plus grands spécialistes soutiennent et prouvent désormais, dans le monde entier, vous ne pouvez plus prétendre que l'on peut enrayer une épidémie en se contentant d'enfermer les bien-portants au lieu de soigner les malades.

Vous ne pouvez pas non plus nier l’efficacité des traitements précoces en imposant le vaccin non testé comme unique solution, sans condamner ainsi l'évidence au bénéfice d'une hypothèse !

Vous ne pouvez pas sérieusement lâcher la proie pour l’ombre au nom du principe de précaution...

Vous ne pouvez pas continuer à mettre ainsi en danger la vie des Françaises et des Français.


Monsieur le Président,

C'est bien à vous que je m'adresse, car plus personne n'ignore en France, que vous régnez désormais en maître absolu sur tous les corps intermédiaires.

Que vous confondez en vos seules mains, contre l'esprit et la lettre de notre Constitution, les pouvoirs exécutif, législatif, administratif, judiciaire, etc. Sans doute parce que vous pensez sincèrement pouvoir agir ainsi au mieux des intérêts de la France.

En vérité, je vous le dis, car c'est bien de la vérité qu'il s’agit :
Un nouveau confinement,
un port du masque obligatoire,
l'obstruction faite aux traitements précoces, et aux traitements préventifs,
enfin, la vaccination que vous aviez promis ne jamais imposer, et que vous voulez désormais infliger sous la contrainte,
vont à l'encontre de l'intérêt des Françaises et des Français.

Les plus grandes sommités du monde scientifique vous le disent, vous le prouvent aujourd'hui : votre gestion de la crise est erronée.

N’étant pas médecin, vous ne pouvez plus feindre d’ignorer ce que le corps médical indépendant vous affirme !

Vous ne pouvez plus continuer davantage à privilégier la rente des élites et à favoriser les conflits d’intérêts plutôt que l’intérêt des malades.

Après avoir ôté aux Françaises et aux Français, ce qui leur restait de libertés, vous ne pouvez, n’étant pas médecin, enlever désormais à ceux qui le sont, leur droit de prescrire.


Monsieur le Président

Vous n'êtes pas médecin et vous êtes fils de médecin. Vous ne pouvez donc pas ignorer ce à quoi s'engage la médecine:

1: D'abord à ne pas nuire.

2: Puis, à savoir en tout, apprécier la balance bénéfice risque.

Ces deux engagements vous obligeraient, si vous étiez médecin,

1 à délivrer les traitements précoces dont l'efficacité n'a plus à être démontrée.

2 à ne pas reconfiner.

3 à ne plus imposer le port du masque aux populations civiles, et à laisser l’autorité médicale en définir l’usage selon les protocoles en vigueur dans les milieux hospitaliers.

4 à ne pas imposer un nouveau vaccin comme étant la seule manière d'enrayer l'épidémie.

Cela surtout quand nul ne peut véritablement estimer sur le plan scientifique, le degré d'efficience et de nocivité des vaccins envisagés...


Monsieur le Président,

Vous n'êtes pas médecin ;  mais en tant que fils de médecin, vous ne pouvez ignorer non plus que vous obstiner à contraindre le peuple de France au confinement, au port du masque, au vaccin et à une carence de traitements précoces, contre l'avis de la grande majorité du corps médical français, pourrait s’apparenter à un exercice illicite de la médecine.

En plus des pouvoirs exécutif, législatif, administratif, judiciaire, financier - et je ne dirai rien du pouvoir de la presse : est-ce le rôle du chef de l’Etat de s’arroger le pouvoir médical ?

Vous voici donc à l’heure du choix monsieur le Président : soit reconnaître l'erreur, soit commettre la faute.

C'est l'honneur d'être humain que de savoir reconnaître ses erreurs. Seuls celle ou celui qui n'a jamais commis l'erreur pourrait vous jeter la première pierre.

Mais si par peur ou vanité, vous vous entêtez à commettre la faute, vous devrez alors, je vous le promets, reprenant la devise de l'enfer de Dante : abandonner ici toute espérance...
 

Libérez la France, Monsieur le Président !

Vous en avez le pouvoir puisque vous vous l’êtes donné !

Rendez-lui ses libertés, son égalité, et sa joie fraternelle !

Assez de détresse !

Ne mettez plus les Françaises et les Français en prison !

Rouvrez les théâtres, les cirques, les cinémas, les musées, toutes les salles de spectacles ! Les lieux de réunions ! Les restaurants, les bars ! Les écoles ! Les universités ! Tous les commerces désignés au nom de principes arbitraires comme n'étant pas essentiels à la vie !

Qui peut dire aujourd'hui ce qui n'est pas essentiel à la vie ?!

Vous, monsieur le Président ?

 

Notre République a aboli ce genre de discriminations en faisant valoir les principes de liberté et d'égalité ! 
En affirmant pour l'éternité avec les droits humains, que les femmes et les hommes doivent tous être libres et égaux en droit. 

Croyez-vous vraiment pouvoir imposer l'idée que risquer de mourir justifie qu'on s'empêche de vivre ?

Ayez l’intégrité de reconnaître votre erreur, car il est encore temps !

Ne persévérez pas dans l'erreur ! Ce serait une faute.

Et si vous commettez délibérément la faute ! Alors n’espérez pas, monsieur le président, le pardon de celles et ceux qui, dans notre pays, avaient mis en vous et vous seul, leur foi et leur confiance.

C'est à vous qu'il appartient puisque vous l’avez initiée, de mettre un terme à cette folie !

Faites-le avant qu'il soit trop tard pour éviter une dérive vers la violence !

N’hypothéquez plus le futur des enfants pour le présent des anciens !

Ne prolongez plus le chaos dans lequel vous avez plongé notre pays !

Ne prolongez plus cette souffrance !

Pour que vive la République et revive la France.

 

La pétition de Francis Lalanne : https://www.mesopinions.com/petition/politique/appel-representation-nati...

Auteur(s): Francis Lalanne


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Francis Lalanne

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-