Frappé de « psychose », Emmanuel Macron découvre que ses actes ont des conséquences

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Frappé de « psychose », Emmanuel Macron découvre que ses actes ont des conséquences

Publié le 23/03/2021 à 20:31
Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Erwan Lubovski
-A +A

Il semblerait que la santé mentale des Français inquiète l'exécutif. Car ce n'est plus un secret, les Français ont le moral dans les chaussettes, au point qu'Emmanuel Macron commence à s'en rendre compte, c'est dire. Et lui d'ailleurs, comment va-t-il ?

Mal ! Ce n’est pas FranceSoir qui le dit, c’est le magazine Gala sous la plume de la journaliste Marion Rouyet : le président Français serait en « pleine psychose ». À titre indicatif, on rappellera que la psychose est une maladie mentale qui provoque des « pertes de contact avec la réalité… » ou plus précisément que « la personne malade ne sait plus, par moments, ce qui est réel et ce qui ne l'est pas. »

Le voile serait-il enfin levé sur la mystérieuse « logique » décisionnaire qui règne en France depuis un an ? Rien n’est moins sûr,  mais on apprend quand même qu’Emmanuel Macron serait travaillé par la crainte que « le pays se transforme en cocotte-minute, que ça pète de partout… ».

« Il voit bien les sondages sur le moral des Français, la détresse des restaurateurs, des cinémas, sans parler de la jeunesse… »  affirme un ministre dont le nom n’est pas précisé. D'accord... En fait de « psychose », il aurait probablement été plus juste de parler d'une prise de conscience…

Pendant ce temps là, dans le monde réel…

Oui, que se passe t-il en France pendant que le Président semble se rendre compte que sa politique sanitaire n’a pas que des vertus ? Eh bien, selon un article publié par FranceInfo le 22 mars, « les hospitalisations des moins de 15 ans pour motif psychiatrique seraient en hausse de 80%. » Une paille. Sylvie Tordjman, professeur de pédopsychiatrie explique dans ce même article que « depuis le 31 octobre on a assisté à un nombre de crises suicidaires qui a été multiplié par deux fois et demi.»

« Les gens vont très mal » expliquait quant à lui le psychiatre Serge Hefez hier sur RFI, évoquant « un burn-out généralisé ». Tandis que Christèle Gras-Le Guen, pédopsychiatre interrogée par Le Monde il y a une semaine, relevait : « Beaucoup de jeunes enfants ne dorment plus, pleurent beaucoup, s’alimentent mal. »

Gardez espoir ! C’est un ordre !

Mais halte-là ! Qu’on se rassure, Olivier Véran est déjà sur le coup : « Il ne faut pas laisser la déprime s’installer » a t-il affirmé dans un entretien au Parisien du 21 mars. Merci, on se sent déjà mieux. Et plus encore quand on apprend chez Europe 1 que « l'état psychologique de la population inquiète de plus en plus le gouvernement » et même que c’était l’un des sujets mis sur la table le 22 mars lors d’une réunion à Matignon. Ouf, nous sommes entre de bonnes mains !

Et gageons que cette prise de conscience salutaire sera suivie d’effets non moins salutaires, la mise en place d’un nouveau numéro vert peut-être ? Un « chèque Xanax » ? Pourquoi pas le lancement d’un conseil de la sécurité mentale ? Ou une consultation citoyenne et inclusive sur la zénitude ? Ou mieux encore, une application TousAntiSuicide avec traçage et camisole pour tous les réfractaires au bien-être ?

Non, soyons raisonnables, la meilleure option est probablement d’attendre un vaccin anti-déprime.

Auteur(s): Erwan Lubovski

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Psychotique et en même temps névrosé ?

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir