Gérald Darmanin et Eric Dupond-Moretti : du rififi à l'Elysée

Gérald Darmanin et Eric Dupond-Moretti : du rififi à l'Elysée

Publié le 24/06/2021 à 14:37
FS
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Alain Tranchant, pour FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A

Tous les écoliers de France et de Navarre l'ont vécu : il suffit que le maître d'école ne soit pas là pour que la salle de classe parte en vrille...

C'est exactement ce qui s'est produit hier matin au palais de l'Élysée. Assis autour de la table du conseil des ministres en attendant l'entrée en scène d'un maître des lieux de moins en moins exemplaire, lui aussi, dans le saint des saints de la République française, les ministres de la Justice et de l'Intérieur ont échangé des amabilités à la suite des élections régionale et départementale du week-end.

L'empoignade a, semble -t-il, été assez sévère : "Commence déjà par gagner une élection !" aurait gentiment dit Gérald Darmanin à Eric Dupond-Moretti qui l'accusait de "trahison" et l'interrogeait sur sa "loyauté", pour avoir félicité son "ami" Xavier Bertrand "récompensé pour son bilan" par ses électeurs.

Que l'incident ait eu lieu est déjà révélateur d'un climat pour le moins tendu dans la macronie. Le "nouveau monde" a les nerfs fragiles... Qu'il soit sorti du huis clos et ait été rendu public, puis - selon la formule consacrée - confirmé par d'autres sources, en dit long sur le tangage à bord du navire gouvernemental.

En politique comme en sport, seule la victoire est belle. À l'évidence, c'était plutôt soir de défaite dimanche dernier ! Et si l'exercice du pouvoir est, dans les jours ordinaires, un puissant ciment, celui-ci a tendance à s'effriter quand la tempête électorale souffle et que la grande échéance se profile à l'horizon.

Pour un novice en politique comme le garde des Sceaux, le comportement de son collègue Darmanin a évidemment de quoi le faire sortir de ses gonds. Un pied dedans, un pied dehors au cas où, telle paraît bien être la doctrine d'un ministre caméléon.

Sous toutes les Républiques, ce type d'homme politique a existé. Au temps de la IVème République, où il dirigeait le Rassemblement du peuple français, le général de Gaulle ironisait sur ces politiciens en les affublant du nom de "polipetitchiens" !

Prêts à retourner leur veste pour demeurer, quoi qu'il advienne, au pouvoir, leur conviction se résume en un mot : ce n'est pas la girouette qui tourne, c'est le vent.

À n'en pas douter, la République mérite mieux, et ce n'est pas avec ce genre d'homme public que l'on réconciliera le peuple français avec la politique.

Auteur(s): Alain Tranchant, pour FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




En politique comme en sport, seule la victoire est belle

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir