Les Guignols et le "business plan" de "Big Pharma", rattrapés par la réalité

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Les Guignols et le "business plan" de "Big Pharma", rattrapés par la réalité

Publié le 23/08/2021 à 13:51
Canal+
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Estelle Fougères, pour FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A

TRIBUNE - Ceux qui avaient l’habitude de regarder l’émission satirique Les Guignols de l’info n’ont pu oublier le personnage de Monsieur Sylvestre, caricature de l’acteur Sylvester Stallone, ancien vétéran de la guerre du Vietnam, brutal, violent et grossier. Symbole du capitalisme poussé à son cynisme extrême, ce Dracula du libéralisme possédait de multiples clones et personnifiait tour à tour des personnalités puissantes et malfaisantes de ce monde.

Dans un sketch resté célèbre, franchissant toutes les bornes de l’obscénité des possédants, Monsieur Sylvestre incarne un directeur de la communication d'une multinationale pharmaceutique qui dévoile son business plan qu’on peut résumer ainsi : le futur, c’est le profit éternel grâce à la maladie.

Créer des maladies, laisser mourir les gens en les privant de traitements peu coûteux et connus, leur refourguer un vaccin qui ne marche pas, et enfin mettre sur le marché des médicaments à des prix toujours plus onéreux… Ce scénario résonne étrangement à nos oreilles à l’heure de l’épidémie de coronavirus, et ce sketch a connu d'ailleurs un grand succès l'an dernier, que les derniers mois remettent au goût du jour...

La petite fiction des Guignols est-elle devenue une réalité ? On ne peut s'empêcher d'y songer lorsqu’on écoute Stéphane Bancel, le patron de Moderna. Interrogé en mai dernier par un journaliste de BFM TV, ce forcené de la piqûre étale toute la vulgarité du capitalisme contemporain décomplexé, spéculant sur une vaccination sans fin « puisque c’est un virus qui ne disparaîtra plus » affichant au passage le sourire carnassier de celui qui a vu sa fortune s’envoler grâce à son vaccin contre le Sars-CoV-2.

Et tandis que les agences de pharmacovigilance signalent des augmentations de cas de myocardites, péricardites, thromboses suite aux injections, le rapport du second trimestre 2021 de Pfizer annonce de gigantesques bénéfices sur les médicaments anti-thrombose et contre les diverses inflammations cardiaques. Plusieurs molécules sont concernées. Parmi elles, le Vyndaquel/Vyndamax indiqué dans les cas de cardiomyopathie amyloïde à transthyrétine et l’Eliquis destiné à prévenir les accidents vasculaires cérébraux et les embolies systémiques, respectivement en hausse de 77% et 13%.

En 60 ans, l’industrie pharmaceutique s’est totalement métamorphosée avec l’essor des Big Pharma. Nous n’avons plus de Jonas Salk, père du premier vaccin contre la polio à qui un journaliste avait posé la question de la détention du brevet à l’intéressé qui avait répondu cette phrase extraordinaire :

« Eh bien, au peuple je dirais. Il n’y a pas de brevet. Pourrait-on breveter le soleil ? »

Inféodé à l’emprise des marchés financiers, la puissance de ce secteur est désormais si grande qu’il lui est possible de négocier des contrats dans lesquels il se dégage d'une large part de responsabilité sur les effets secondaires et sur les décès à venir, imposant aux États des conditions drastiques et faisant "le pari du modèle du revenu récurrent", comme l'analysait un éditorial de France Soir.

La dérision des Guignols de l’Info aurait dû nous alerter. Nous voyons souvent dans cet humour la merveilleuse possibilité de la liberté d’expression et cela nous rassure sur notre vitalité démocratique. Cependant, lorsque la dérision passe un certain degré de généralisation, n’est-elle pas un signe de détérioration démocratique ? N’est-elle pas ce qui reste lorsque tout a échoué notamment la capacité à contrer un capitalisme devenu fou ? On peut en effet penser que lorsque les politiques ont trahi la représentation en ignorant depuis 40 ans toutes les protestations, « l’éclat de rire est la dernière ressource de la rage et du désespoir » comme l’écrivait Victor Hugo dans « Faits et croyances ».

Auteur(s): Estelle Fougères, pour FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Monsieur Sylvestre : visionnaire, prophétique ? Mieux vaut en rire...

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir