L’ « éco-féerie » au secours de l’éco-anxiété

Auteur(s)
Guilhem Méric pour FranceSoir
Publié le 06 janvier 2021 - 12:52
Image
enfant livre
Crédits
Unsplash
L’ « éco-féerie » au secours de l’éco-anxiété
Unsplash

Tribune : Je me souviens encore des vœux que j'avais formulés l'an dernier, le jour du réveillon, avec ces chiffres de 2020, d’un joli vert écolo : "Soyons tout vœu, tout flamme !". Je me souviens aussi de l'étrange sentiment de positivisme forcé avec lequel je l'avais écrit. Comme si je ne croyais pas moi-même à mes propres mots, collés à la manière de vieux chewing-gum sous mes godasses.

Cette année est venue nous montrer à tous, avec une violence inouïe, combien toutes nos belles formules n'étaient que du vent.

Alors en ce début 2021, je ne me perdrai pas en vaines paroles dégoulinantes de lyrisme écolo. Vu que l'écologie sera à coup sûr le cadet des soucis de la plupart des dirigeants du monde. Sauf peut-être, pour perpétuer l'idée d'une transition sur les modèles économiques d'un monde voué à ne plus être.

Bref, tout ce que je vous souhaite aujourd'hui, c'est d'aimer. Pas seulement vos proches, ce serait trop facile (quoique...). Mais d'aimer, d'aider les autres. Le voisin qui n'a personne avec qui discuter. Le gamin en larmes qui s'est fait chouraver son vélo. La petite dame qui peine à porter son sac de course. Le collègue de travail qui craque. La fille dans la boulangerie qui pique une crise d'angoisse avec son masque. Le pote qui a perdu son boulot et n'arrive plus à joindre les deux bouts. Même ce pauvre matou, là, abandonné sans collier sous la pluie.

Je vous souhaite d'écarter de vos bras les nuages pour sourire au soleil. De fuir comme la peste ceux qui vous tirent vers le bas, qui se nourrissent de grisaille, qui salissent votre lumière. Vous n'avez plus de temps à perdre pour ces gens-là.

Je vous souhaite d'être fort pour ceux qui ont besoin de vous. De vous hisser plus haut que vous n'auriez jamais imaginé en être capable. D'être fort pour vous-même sans oublier de vous accorder du temps, du calme, de la bienveillance. De savoir quand vous poser pour vous préserver.

En fait, je vous souhaite de rester des êtres humains, envers et contre tout ce qui nous éloigne, un peu plus chaque jour, de notre nature profonde. Restons connectés, mais dans un tout autre sens que le voudraient ardemment les grands pontes du numérique. Refondons notre fraternité. Renouons de vrais liens. Cette peste qui nous enchaîne s'achèvera mais ne doit pas nous habituer à ses fers.

C’est fort de cette volonté qu’en qualité d’auteur jeunesse, j’ai lancé une campagne de crowdfunding pour donner vie à une roman « éco-féerique », à même de réenchanter les cœurs et de lutter contre le sentiment d’éco-anxiété, de plus en plus présent chez les adolescents.

Si le projet aboutit, des exemplaires du roman, illustré par un artiste spécialisé en féerie, seront offerts aux enfants hospitalisés de l'Institut Saint-Pierre. Premier hôpital pédiatrique de soin de suite, de réadaptation et de médecine en France, cet établissement permet aussi à ses jeunes résidents de suivre une scolarité adaptée au sein de douze classes, depuis la moyenne section maternelle jusqu’à la terminale. Leur apporter du rêve et de la joie dans leur quotidien parfois difficile serait merveilleux en ce début d'année nourri d'espérance, mais aussi de grandes inquiétudes.

Nous avons plus que jamais besoin de lumière, d'entraide, de solidarité entre générations. C'est ce que se propose humblement d'offrir ce livre. Pour nos enfants, pour nous tous, pour la circulation de la culture dont la littérature restera toujours un maillon essentiel.

Un tout petit pas pour œuvrer ensemble, à l'aulne des épreuves passées, aux changements majeurs qui s'imposent au monde.

 

À LIRE AUSSI

Image
Guilhem Meric
Il faut que tu respires
TRIBUNE : « C’est pas rien de le dire », chantait Mickey 3D en 2004. Jamais il ne se serait douté que l’avenir lui donne si bien raison.La crise mondiale du Covid19 no...
05 août 2020 - 17:27
Opinions
Image
Guilhem Meric
Je ne sais plus écrire
Tribune : J’écris ces mots parce que je ne sais plus écrire. Je les écris alors que j’aimerais les crier, les chanter, les glisser dans les pages d’un roman comme un m...
17 septembre 2020 - 18:09
Opinions