L’OMS alerte sur la consommation d’édulcorants 

Auteur(s)
Marc Antognetti, pour France-Soir
Publié le 20 mai 2023 - 12:30
Image
Edulcorants
Crédits
Photo de Towfiqu Barbhuiya sur unsplash.com
De nombreux édulcorants sont utilisés dans l'alimentation.
Photo de Towfiqu Barbhuiya sur unsplash.com

TRIBUNE/ANALYSE - L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) met en garde la population face à la consommation d’édulcorants et déconseille leur utilisation à long terme.

Cette recommandation s’appuie sur des études ayant mis en évidence le fait qu’une consommation d'édulcorants sans sucre ne confère aucun avantage à long terme en matière de réduction de la masse grasse. Ces mêmes études précisent que cette consommation présente de nombreux risques pour la santé sur le long terme. 

Qu’est-ce qu’un édulcorant ?

Les édulcorants sont des additifs alimentaires présentant un pouvoir sucrant très élevé utilisé pour donner une saveur sucrée aux aliments. Ce sont des substances d’origine végétale ou obtenues par synthèse chimique.

Les édulcorants les plus utilisés sont l’acesulfame potassium, l’aspartame, l’advantame, les cyclamates, le néotame, la saccharine, le sucralose, la stevia et ses dérivés. Les édulcorants "intenses" sont autorisés en Europe dans l’alimentation humaine en tant qu’additifs alimentaires, après évaluation par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (AFSA). Leur utilisation est encadrée par le règlement (CE) n°1333/2008  

Quels sont les risques d’une consommation excessive d’édulcorants ? 

Selon l’OMS, une consommation excessive d’édulcorant expose les individus à un risque accru de diabète de type 2 et de maladies cardiovasculaires.

L’organisation incite la population à envisager d'autres moyens afin de réduire sa consommation de sucres libres, comme la consommation d'aliments contenant des sucres naturels, comme des fruits. Pour le Pr Nita Forouhi, de l'université de Cambridge, l'utilisation d'édulcorants peut faire partie des moyens pour maîtriser le poids à court terme.

"L'essentiel à retenir est que pour gérer le poids à long terme et pour les maladies chroniques comme le diabète de type 2 et les maladies cardiovasculaires, les édulcorants ne sont pas recommandés", a-t-elle déclaré.

De son côté, Tom Sanders, professeur émérite au King’s College de Londres estime que l’OMS ne prend pas en compte l’impact du remplacement de boissons sucrées par des boissons contenant des édulcorants, s’inquiétant ainsi d’un risque de confusion dans l’esprit de la population. 

  • Marc Antognetti est pharmacien spécialiste en droit de la santé et droit européen.

À LIRE AUSSI

Image
Insectes
Insectes dans l'alimentation : vers une révolution ?
ALIMENTATION - Qu'ils le veuillent ou non, la majorité des Français sont concernés. Directement dans leur assiette, indirectement à travers les animaux d'élevage, ils ...
16 mai 2023 - 17:30
Vidéos

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
sarko
Nicolas Sarkozy, lapin bling-bling mariné dans des affaires en tous genres
PORTRAIT CRACHE - Que dire de Sarko, tant cet homme a défrayé la chronique, de procès-verbaux en registres de tribunaux ... ? Tout ou rien ... Cet ancien président, mi...
21 juillet 2024 - 10:13
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.