La liberté ne se négocie pas

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

La liberté ne se négocie pas

Publié le 29/07/2021 à 18:43
FS
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Alain Tranchant, pour FranceSoir
-A +A

CHRONIQUE - Macron en rêvait pour son référendum "vert", aujourd'hui enterré. Le Sénat l'a fait pour ses mesures attentatoires aux libertés fondamentales, celle de travailler, celle d'aller et venir, celle de disposer de son propre corps. Voici que l'opposition de droite (à quelques exceptions près), majoritaire au Sénat, vient de se joindre à un pouvoir à bout de souffle pour asservir le peuple français. Et cela, au moment même où le président de la République, plus diviseur que jamais, stigmatisait "l'irresponsabilité et l'égoïsme des non vaccinés".

Alors qu'à Pékin, tout de même ! le vaccin n'est pas obligatoire, alors qu'à Moscou, pas n'importe où ! on vient de renoncer au pass sanitaire, à Paris  - capitale du pays des droits de l'homme - l'opposition incapable de s'opposer, incapable d'assumer une idée simple : le soin, enfin ! de préférence à l'aventure vaccinale, l'opposition a mis le doigt dans un drôle d'engrenage, en permettant au gouvernement d'imposer une obligation vaccinale pour les soignants et le recours à un passeport sanitaire pour accéder à certains lieux de vie, de culture ou de sport.

Alors qu'un crime se commettait sous ses yeux, son devoir, son devoir sacré, était de résister et de s'opposer. De même que la confiance ne se décrète pas, la liberté ne se négocie pas, ne se divise pas, ne se découpe pas en rondelles. Pour ne pas l'avoir compris, et surtout parce qu'elle aussi gère son calendrier électoral, l'opposition au macronisme s'est perdue dans de médiocres calculs d'arrière-boutique qu'elle pourrait bien regretter un jour. Le pouvoir n'en demandait pas tant, et M. Véran put crier à l'union nationale retrouvée.

Alors que ces soi-disant "vaccins" n'offrent ni garantie de sécurité (mais personne, et surtout pas M. Macron, ne parle des morts du vaccin, ni des très graves effets secondaires qui sont beaucoup plus que de menus effets indésirables), ni garantie d'efficacité (ils n'empêchent pas d'être infecté, ou de transmettre le virus), c'est sur cette base aussi incroyable que fragile que la droite, majoritaire au Sénat, a apporté son soutien à une mesure inenvisageable en République : la différenciation entre les citoyens selon qu'ils acceptent ou qu'ils refusent une injection dangereuse et, en l'occurrence, nullement salvatrice.

"On n'est pas la République quand on n'a pas le peuple avec soi", disait le général de Gaulle. Eh bien, on n'est pas la République non plus quand on laisse tomber un de ses piliers fondamentaux : la liberté. L'heure est grave. Pour un virus qui est en train de perdre de sa virulence au fur et à mesure de ses mutations, pour un produit vaccinal qui n'est encore qu'en phase expérimentale à une échelle déraisonnable -et, jamais, un "projet de vaccin" n'a entraîné autant de décès- nos gouvernants et une partie de l'opposition ont fait cause commune pour organiser la division des Français et la ségrégation de toutes celles et de tous ceux qui refusent la manipulation d'un pouvoir qui n'a cessé de mentir et de renier sa parole depuis le début de la pandémie.

Pour vivre en liberté dans une France libre, c'est maintenant qu'il faut résister à une loi scélérate.

 

Auteur(s): Alain Tranchant, pour FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"On n'est pas la République quand on n'a pas le peuple avec soi", disait le général de Gaulle.

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir