Le désastreux discours de l'Union de Joe Biden

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Le désastreux discours de l'Union de Joe Biden

Publié le 03/05/2021 à 13:48 - Mise à jour le 04/05/2021 à 10:36
FS/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Anthony Lacoudre, pour FranceSoir
-A +A

TRIBUNE - Joe Biden entame son discours de l'Union en s'adressant solennellement à une salle vide. Les membres du cabinet et les rares élus du Congrès qui ont été invités, tous masqués, se tiennent à distance les uns des autres alors même qu'ils sont tous vaccinés depuis des mois. Assises derrière lui sur la tribune, la vice-présidente Kamala Harris et la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi ont le visage déformé par leurs énormes masques ; elles ressemblent à des canards. "Madam Speaker, Madam Vice-President" commence-t-il, "jamais aucun président avant moi n'a prononcé ces mots" s'enorgueillit-il.

Le président lit consciencieusement son téléprompteur. Le ton est monotone. Heureusement qu'il a retiré son masque pour prononcer son discours car même sans ce dernier, on a du mal à comprendre ses dires ; il mâche ses mots, bute, s'excuse. Il s'y prend à trois reprises pour prononcer le mot "escalation" (escalade) en parlant de la Russie. Poutine et ses généraux, s'ils regardent, doivent bien rire.

La plupart du temps, Joe Biden brasse du vent, enchaîne les slogans creux et les platitudes. "Mettons fin au cancer" lance-t-il, "nous préférons la vérité au mensonge", "faisons baisser les prix des médicaments", "la santé devrait être un droit, pas un privilège", "investissons dans les métiers de demain pour sauver la planète", "nous devons gagner le 21e siècle", "nous sommes la démocratie en action", "l'Amérique bouge à nouveau"... Ted Cruz, sénateur du Texas, s'endort.

Par moments, Joe Biden devient un peu plus concret. Par exemple, lorsqu'il énumère ses plans de relance par la dépense publique, venus d'une autre époque, considérant que c'est la solution à tous les problèmes du pays. "Pour compléter mon plan de 2 trillions de dollars pour lutter contre le virus, adoptons un plan de dépenses fédérales à 2 trillions de dollars pour améliorer les infrastructures. Puis un autre plan à 2 trillions de dollars pour la famille. Et pour financer ces dépenses, nous allons augmenter massivement les impôts sur les riches et sur les sociétés. Nous allons les empêcher d'utiliser les paradis fiscaux comme la Suisse". La sénatrice Elizabeth Warren et le sénateur Bernie Sanders applaudissent frénétiquement. Les membres de l'opposition restent stoïques.

Pour justifier cette intervention de l'État d'une ampleur sans précédent dans l'économie et dans la vie quotidienne des Américains, Joe Biden a une tactique : effrayer les citoyens en rabâchant que le pays est en crise. En premier lieu, la crise sanitaire du virus bien sûr, mais pas seulement. Il y a aussi la crise économique (créée en réalité par les gouverneurs démocrates qui ont confiné de façon disproportionnée la population de leurs états), la crise du climat, la crise du racisme endémique de la police, la crise des armes à feu, "la crise existentielle" provoquée par les insurgés, militants de la suprématie de la race blanche, comparés aux terroristes d'Al-Qaïda (il vise les électeurs de Trump en fait).

Curieusement, il oublie de mentionner la seule crise qui frappe réellement le pays depuis le début de l'année, et dont il est directement responsable, celle de la crise humanitaire à la frontière avec le Mexique. Il faudra attendre la toute fin de son interminable discours pour que le sujet de l'immigration soit abordé. Non pas pour énoncer les mesures qu'il envisage afin de mettre fin aux atrocités qui se déroulent dans les cages géantes surpeuplées d'enfants immigrés contaminés, mais pour enjoindre le Congrès à accorder la citoyenneté (et donc le droit de vote) à 11 millions d'immigrés clandestins.

Interviewé juste après le discours, le sénateur démocrate Mark Kelly n'en revient pas que Joe Biden ait pu ignorer la situation catastrophique de la frontière sud du pays. Un téléspectateur s'exprimant au téléphone sur C-SPAN en fin de soirée résume bien la situation en déclarant : "le discours de Joe Biden est une insulte au peuple américain".

Auteur(s): Anthony Lacoudre, pour FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Joe Biden devant le Congrès vide

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir