Le seuil de 5000 nouveaux cas n'est pas un critère fiable

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Le seuil de 5000 nouveaux cas n'est pas un critère fiable

Publié le 15/12/2020 à 08:25
SPF
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Pr Dominique Baudon pour FranceSoir
-A +A

« Le seuil de 5000 nouveaux cas quotidiens de contamination par la Covid 19 n’est pas un critère fiable pour lever le confinement»

Le nombre quotidien de nouveaux cas positifs de la Covid-19 (tests RT-PCR et tests antigéniques) témoigne de la circulation du virus SARS-CoV-2. C’est l’indicateur principal et très médiatisé utilisé par le gouvernement pour moduler la stratégie de confinement.

Le 10 décembre, plus de 13 000 nouveaux cas de contamination ont été enregistrés en 24 heures, un nombre largement au-dessus de l’objectif de 5 000 fixé comme un des critères pour lever le confinement.

Entre le 1er et le 7 décembre 2020 (Données SPF-Base Si-DEP), le nombre de nouveaux tests positifs quotidiens (moyennes sur 7 jours glissants) a fluctué entre 1666 (dimanche 6 décembre) et 12 243 (1er déc.), la moyenne s’établissant à près de 10 000 par jour. On ne peut en fait comparer ces chiffres entre eux car le nombre de tests réalisés n’est pas constant. Il a été au maximum pendant cette période de 239 813 (le 7 décembre) et à un minimum de 27 657 (logiquement un dimanche), avec une moyenne de 142 000 tests réalisés par jour.

Le pourcentage de tests positifs, un meilleur indicateur

En présentant les résultats sous forme des pourcentages de tests positifs, les données sont ainsi présentées : entre le 1er et le 7 décembre, la proportion de tests positifs parmi l’ensemble des tests réalisés par jour a fluctué entre 5,8 % (le 3/12) et 10,7 %  (le 7/12), la moyenne s’établissant à 7,2 % par jour. Les pourcentages, eux, peuvent être comparés et sont plus fiable que le nombre de tests positifs.

Pour montrer l’absence de fiabilité de l’indicateur « nombre de cas positif quotidiens », il suffit, par une simple opération mathématique avec les chiffres disponibles, de calculer  les résultats si le nombre de tests quotidien avait été de 50 000 par jour ou de 300 000 par jour. Avec 50 000 tests par jour,  le confinement aurait été levé car la moyenne sur les 7 jours est de 3600 cas positifs ; avec 300 000 tests par jour, le confinement aurait été renforcé (Confinement total ?) avec près de 22 000 cas positifs par jour.

On peut trembler dans l’attente des résultats des campagnes de dépistage qui vont bientôt être faites dans plusieurs villes et agglomérations française, avec en quelques jours une « explosion » prévisible du nombre de cas positifs ; il faudra ne se fier qu’au pourcentage de tests positifs pour juger de la gravité de la situation.

Un excellent indicateur pour juger de la circulation du virus et de son impact en terme de morbidité (nombre de cas de maladies) serait celui du nombre de nouveaux cas de malades (sujets ayant des symptômes et testés positif) par jour ou par semaine. Cela devrait être réalisable puisque nous disposons des données recueillies dans les formations hospitalières publiques et privées, dans les EHPADs ; de plus  les médecins généralistes peuvent maintenant pratiquer les tests dans leurs cabinet de consultations.

En conclusion, le seuil de « 5000 » semble être un outil politique qui permet au gouvernement de justifier ses choix.

J’ai été étonné qu’il n’y ait eu aucune discussion ou critique par les médias et les « experts scientifiques » sur la fiabilité de ce seuil.

 

Pour moi, deux indicateurs principaux permettent de suivre l’évolution de l’épidémie (circulation du virus) : le pourcentage de tests positifs et le nombre quotidien de cas de malades. Les données fournies par les hôpitaux (Saturation de la réanimation; pourcentage de lits occupés par les malades de la Covid 19), le nombre de décès (milieu hospitalier, EHPADs , domiciles) montrent l’impact de cette circulation du virus. C’est tout cela qui doit être pris en compte pour moduler la stratégie de lutte contre l’épidémie.

 

Dominique Baudon est professeur de médecine du Val-de-Grâce.

Auteur(s): Pr Dominique Baudon pour FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Indicateurs.... à titre indicatif.

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir