Emmanuel Macron, allez-vous répondre aux questions ?

Emmanuel Macron, allez-vous répondre aux questions ?

Publié le 12/07/2021 à 11:22
STEPHANE DE SAKUTIN / AFP / POOL
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Alain Tranchant, pour FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A

Monsieur le président de la République,

Vous allez vous adresser ce soir au peuple français.

On murmure - et même à voix haute ! - que vous allez évoquer un sujet brûlant : la vaccination obligatoire des soignants.

Ces jours derniers, un chiffre circulait dans les médias. Il semblerait que 28 % des médecins auraient fait le choix de ne pas se faire injecter le produit conçu en urgence outre-Manche et outre-Atlantique. En lui-même, ce chiffre n'est pas dénué de signification. Si votre ministre de la Santé ose dire qu'"on n'a jamais eu autant de recul pour un vaccin que pour celui-ci" et, plus grave encore, qu'"on n'est plus en phase expérimentale", ces praticiens savent, eux, comme le laboratoire Pfizer l'a confirmé au journal Le Monde - que vous ne sauriez taxer de "complotisme", que "l'essai de phase 3 se poursuit".

Mais, ce n'est pas tout !

Au Royaume-Uni, un secrétaire d'État de sa Majesté a déclaré sur la BBC : "Nous savons que les personnes doublement vaccinées et complètement vaccinées sont beaucoup plus susceptibles de contracter le coronavirus".

Rejoignant en cela, non pas les "paroles verbales" - hélas ! souvent approximatives - de votre ministre de la Santé, pourtant médecin, mais un "mémoire écrit" adressé le 28 mars 2021 par la Direction des affaires juridiques du ministère des Solidarités et de la Santé au Conseil d'État : "Les personnes vaccinées sont aussi celles qui sont les plus exposées aux formes graves et aux décès en cas d'inefficacité d'un vaccin ou de réinfection post vaccinale (...) du fait de la virulence d'un variant".

Alors, monsieur le président de la République, voici mes questions sur lesquelles de nombreuses Françaises et de nombreux Français aimeraient très certainement vous entendre.

1) Ne pensez-vous pas qu'il serait grand temps d'informer nos compatriotes, en particulier les plus âgés, sur le fait que la vaccination ne les met pas à l'abri du virus et qu'ils demeurent "exposés aux formes graves et aux décès", comme cela a été démontré à Marseille dans les services du professeur Raoult ? La situation étant sans doute analogue dans le reste du pays, mais l'information n'est pas donnée au grand public...

2) Puisque vous nous avez dit, le 16 mars 2020, à six ou sept reprises, afin que le message reste bien gravé dans nos têtes, que "nous sommes en guerre", n'est-il pas urgent de prendre tous les moyens pour gagner cette "guerre" et, par conséquent, de cesser de mettre tous nos œufs dans le panier du vaccin, en faisant comme s'il n'existait pas de traitement ?

3) Dans cet esprit, n'estimez-vous pas que les impératifs de santé du peuple français doivent enfin prévaloir sur la gestion du risque pénal de vos ministres qui vous a interdit, jusqu'à présent, de faire appliquer en France les thérapies qui ont fait la preuve de leur efficacité dans de très nombreux pays à travers le monde ? Ne craignez-vous pas, enfin, que cette exception française soit source, un jour, de difficultés avec les "Gaulois réfractaires", pour reprendre votre formule ?

Auteur(s): Alain Tranchant, pour FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La question est vite répondue ?

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir