Une société de crédules incrédules : quand la science s’érige en pouvoir religieux

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Une société de crédules incrédules : quand la science s’érige en pouvoir religieux

Publié le 31/03/2021 à 12:58
FS
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Christophe Lemardelé, pour FranceSoir
-A +A

TRIBUNE - En tant qu’historien des religions, je me sens interpellé par l’opposition presque omniprésente depuis un an entre science et croyance. Dans un pays laïque où la religion est regardée avec défiance, on peine à envisager une véritable démarche scientifique concernant cette notion. Or, pour toute science, et cela vaut pour l’histoire des religions, il importe d’être rationnel avant tout et libre-chercheur. Souvent, l’historien des religions est confondu avec le théologien – on en fait un croyant malgré lui – et considérer le croyant comme un crédule est presque insultant. Considérer un scientifique ainsi et même un citoyen qui s’efforce d’être éclairé l’est tout autant.

Régulièrement donc, un grand nombre de scientifiques des sciences médicales et de médecins hospitaliers renvoient leurs interlocuteurs à la croyance, opposant celle-ci à la science, sans nuance... Ainsi les traitements précoces basés sur l’hydroxychloroquine, les antibiotiques et même l’ivermectine, le zinc et la vitamine D relèveraient de la croyance car à l’efficacité non démontrée scientifiquement. Tandis que les vaccins les plus novateurs à ARN messager ou à adénovirus seraient l’aboutissement de la science. Le physicien Etienne Klein n’a-t-il pas conclu au sujet de la technologie à ARNm : « à la fin c’est la recherche qui gagne ? », se contredisant quelque peu au passage car il suggérait jusqu’alors que la recherche a besoin de temps avant de devenir de la science, c’est-à-dire du savoir confirmé et constitué.

En renvoyant son interlocuteur à la croyance, on le renvoie à sa crédulité et on le rejette dans le champ du religieux. C’est le refus d’envisager deux formes de rationalité à l’œuvre, l’une théorique et méthodologique, l’autre pragmatique et empirique. Par ailleurs, en refusant sans discuter que certains traitements précoces puissent être efficaces, c’est se montrer d’une incrédulité par trop systématique, et en niant tout impact des liens d’intérêt de chercheurs et de médecins avec de grands laboratoires pharmaceutiques, c’est se montrer trop crédule… – à moins qu’il ne s’agisse de profiter de la crédulité des médias et du public, voire du politique.

La conséquence de ce discrédit jeté sur la rationalité empirique est que le citoyen se trouve conduit à devenir un incrédule crédule, et, paradoxe total, à croire sans se poser plus de questions à une science absolue et dominante. Et comme des discours scientifiques rejoignent des discours politiques – Axel Kahn parle de populisme en évoquant Didier Raoult –, ce citoyen est tenté de se ranger rapidement du « bon côté » de la barricade.

Tout être humain, même scientifique, n’est pas que pure rationalité. Avant de croire, on a une opinion, plus ou moins fondée. Mais pour la croyance en elle-même, il en existe au moins deux formes du point de vue de l’anthropologie religieuse. Il y a la « superstition », que l’on rapporte à la magie – l’hydroxychloroquine est devenue une poudre de perlimpinpin pour certains… –, et qui relève des pratiques populaires : prières, vœux, offrandes, divination, exorcismes, etc. Il y a aussi le « dogmatisme » dans des religions constituées et auxquelles adhèrent principalement les élites en mesure de comprendre et d’accepter des raffinements théologiques. Car l’adhésion à un dogme – transsubstantiation catholique ou randomisation scientifique – est bien une forme de croyance en ceci qu’elle conduit à accepter un carcan intellectuel sans le remettre en cause. Or cette forme de croyance ne vise pas benoitement à atteindre une efficacité salvatrice, elle consiste avant tout à dominer et à contrôler.

En histoire des religions, on peut appréhender les religions en distinguant celles qui offraient une représentation du monde à un groupe unifié culturellement et celles qui réclamaient l’adhésion d’individus pour former une communauté. Les premières, plus anciennes, sont le plus souvent fondées sur l’efficacité des rites tandis que les secondes, issues des premières, édictent des règles morales pour s’ériger en pouvoir spirituel. En invalidant des médicaments scientifiquement éprouvés, en les situant dans le champ lexical des potions et autres mixtures magiques, les grands prêtres de la science dogmatique veulent tout simplement contrôler la pensée de leurs concitoyens. S’ils ne répondaient qu’à une aspiration à la rationalité scientifique, ils se seraient montrés moins véhéments et auraient discuté avec leurs confrères sans jeter d’anathèmes. On peut donc se réclamer de la science et être plus proche de la religion qu’on ne le… croit.

 

Christophe Lemardelé, historien des religions anciennes, chercheur rattaché au LEM (laboratoire d’études sur les monothéismes).

Auteur(s): Christophe Lemardelé, pour FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Pour en finir avec le Moyen-Age... ?

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir