"Vaccins" : le double langage du gouvernement - Réponse à un contradicteur

"Vaccins" : le double langage du gouvernement - Réponse à un contradicteur

Publié le 25/06/2021 à 15:18
FS
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Alain Tranchant, pour FranceSoir
-A +A

Le débat est l'honneur d'une démocratie, et il est bien regrettable que cette pandémie du covid-19 n'ait jamais donné lieu à une grande émission de télévision sur les chaînes du service public financées, sauf erreur de ma part, par les deniers du contribuable. Les Français n'auraient-ils pas le droit de tout savoir ?

Il faut donc être reconnaissant à FranceSoir de permettre la libre expression de ses auteurs, la confrontation des opinons, le respect des lecteurs. Aussi ne puis-je laisser sans réponse une réaction à mon article du 23 juin : "Vaccins" : le double langage du gouvernement".

Les lectrices et les lecteurs de FranceSoir sont parfaitement libres d'avoir leur propre opinion, d'apprécier ou de ne pas apprécier ce qui est écrit. Qui pourrait prétendre plaire à tout le monde ? Et ils devraient apprécier de pouvoir s'inscrire en faux contre telle ou telle assertion publiée par le journal. Ce qui n'est certainement pas le cas dans d'autres médias...

En l'occurrence, je ne peux rester indifférent au "C'est tout de même incroyable d'utiliser toujours la même désinformation, et prendre les lecteurs de FranceSoir pour des veaux". Outre que je me fais le devoir de ne rien avancer que je ne puisse prouver, j'ai le plus grand respect pour les personnes qui veulent bien me lire.

Je veux donc dire à mon contradicteur qu'il ne m'a pas échappé que lorsque la "Direction des Affaires Juridiques du ministère des solidarités et de la santé", pour être très précis, écrit le 28 mars 2021 (j'en ai rappelé la date !) que "les personnes vaccinées sont aussi celles qui sont les plus exposées aux formes graves et aux décès en cas d'inefficacité du vaccin ou de réinfection post-vaccinale (...) du fait de la virulence d'un variant", elle vise les personnes qui étaient alors éligibles à la vaccination, c'est-à-dire les personnes âgées.

D'ailleurs, à propos des citations extraites du mémoire en défense du ministère, j'ai bien pris soin d'écrire à dessein, et je n'étais nullement obligé de le faire : "Certes, trois mois nous séparent de leur remise à la haute juridiction administrative. Mais il reste à prouver qu'elles aient perdu de leur valeur".

N'utilisant pas la même encre à l'endroit de mon contradicteur, je lui indique donc qu'il ne m'a pas démontré que la phrase que j'ai ressortie du mémoire engageant le gouvernement devant le Conseil d'État était désormais à remiser au placard.

Bien entendu, on peut faire comme le président Macron qui vient d'affirmer, sans le moindre doute, que le variant indien ne touche que les personnes qui ne sont pas vaccinées. Il est vrai que ses ministres nous apprenaient, il n'y a pas si longtemps, que nous disposions du meilleur épidémiologiste de la planète à l'Élysée. Mais le lecteur de FranceSoir me pardonnera. En la matière, j'accorde davantage de crédit au professeur Raoult disant, mardi sur sa vidéo hebdomadaire, que le variant indien est, en Angleterre, la cause de la contamination de 10 000 personnes par jour, dont "20 % sont vaccinées". Ce pourcentage atteignant même, en Israël, 40 % parmi les nouvelles contaminations.

Alors, oui, je persiste et signe. Si les personnes âgées, les premières qui ont été vaccinées, sont "les plus exposées aux formes graves et aux décès en cas d'inefficacité du vaccin ou de réinfection post-vaccinale (...) du fait de la virulence d'un variant", il est du devoir du gouvernement de le dire haut et fort. Pour la simple raison qu'il ne faudrait pas qu'au motif qu'elles ont été vaccinées, ces personnes se pensent à l'abri de toute contamination. C'est le bon sens qui parle !

C'est pour cela aussi qu'il devient urgentissime que le président de la République, le Premier ministre, le ministre de la Santé se décident enfin, quoi qu'il leur en coûte en termes de risque pénal ou d'orgueil mal placé, d'admettre qu'il existe des traitements (peu onéreux pour la sécurité sociale) et que l'alpha et l'oméga de la médecine, c'est de prendre en charge les malades et de les soigner.

La contradiction a ceci de bon qu'elle pousse à démontrer et démontrer encore.

Auteur(s): Alain Tranchant, pour FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La contradiction a ceci de bon qu'elle pousse à démontrer et démontrer encore.

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir