Philippe Poutou, candidat du NPA à la présidentielle de 2017

Philippe Poutou, candidat du NPA à la présidentielle de 2017

Publié le 21/03/2016 à 10:23 - Mise à jour à 10:24
©Bertrand Langlois/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) a choisi Philippe Poutou pour le représenter à l'élection présidentielle de 2017. Ouvrier dans une usine Ford, il avait recueilli 1,15% des suffrages en 2012 au premier tour.

Le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) a désigné Philippe Poutou, 49 ans, comme candidat à la présidentielle de 2017, a-t-on appris dimanche 20 auprès du parti, confirmant une information du Lab d'Europe-1. Philippe Poutou avait déjà été candidat en 2012 pour le NPA. Le NPA, réuni à l'Université de Nanterre pour sa Conférence Nationale samedi et dimanche, a désigné Philippe Poutou dans une déclaration votée "à plus de 95%", a indiqué à l'AFP Jean-Marc Bourquin, responsable communication du mouvement.

"Le mouvement contre le gouvernement et la loi travail nous a redonné la pêche. On a une colère à faire entendre", a déclaré Philippe Poutou à Europe-1. "On est obligé de prendre de l'avance et d'avoir un calendrier précoce pour obtenir les 500 signatures. On est donc obligé de partir plus tôt que d'autres pour passer ce tour préliminaire. Pourquoi moi? Le fait que je sois un peu connu, ça a aidé, même si ce n'est pas quelque chose de naturel pour moi d'être candidat", a-t-il ajouté.

En 2012, Philippe Poutou avait obtenu 1,15% des voix au premier tour. Il se voulait alors le "porte-parole de ceux qui trinquent". Né le 14 mars 1967 à Villemomble (Seine-Saint-Denis), de père facteur et de mère sans emploi, ce réparateur de machines-outils de l'usine automobile Ford de Blanquefort (Gironde) s'était fait connaître à travers son combat à la CGT pour la sauvegarde des emplois au sein de son usine.

Autre candidate trotskiste de 2012, Nathalie Arthaud a elle aussi été désignée la semaine dernière comme candidate pour 2017 pour Lutte Ouvrière.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Le mouvement contre le gouvernement et la loi travail nous a redonné la pêche. On a une colère à faire entendre", a-t-il déclaré sur Europe-1.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-