AP-HM: Jean-Luc Mélenchon "crie au fou" contre les menaces des suppressions de postes

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

AP-HM: Jean-Luc Mélenchon "crie au fou" contre les menaces des suppressions de postes

Publié le 22/12/2017 à 20:12
© JEAN-PIERRE CLATOT / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Le chef de file de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a dénoncé vendredi les menaces de suppression de postes qui pèsent sur l'hôpital public de Marseille, l'AP-HM, criant "au fou" pour dénoncer "une vision comptable et technocratique" de la santé.

"Je crie au fou, (...) ils sont devenus fous", a insisté M. Mélenchon, à l'issue d'une visite de plus de deux heures dans différents services de la Timone, l'un des quatre hôpitaux publics de l'AP-HM, où le personnel s'inquiète d'une possible suppression d'un millier de postes dans le cadre d'une rationalisation demandée par l'Etat en contrepartie d'un plan de modernisation de 300 millions d'euros.

"C'est une méthode totalement contre-productive, qui va aggraver la situation", a-t-il accusé.

Il est du même avis, sur ce sujet, que le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin, qui a affirmé vendredi matin sur France Bleu Provence qu'"à un moment donné, des économies, on ne peut plus en faire".

"Les personnels ont atteint une limite", a insisté le député des Bouches-du-Rhône, lors d'une conférence de presse improvisée, à sa sortie de la Timone. "En parlant au personnel, on nous a entrebaillé la porte sur des réalités qui laissent sans voix, comme ces toubibs qui brancardent eux mêmes les patients jusque dans la rue".

De même, Jean-Luc Mélenchon a dénoncé l'utilisation "comme une espèce de chiffon rouge" du taux d'absentéisme à l'AP-HM, supérieur à la moyenne nationale: "On ne peut pas laisser entendre qu'il y aurait une espèce de sabotage de la part du personnel", a-t-il accusé.

L'AP-HM, troisième CHU de France, va de crise en crise depuis des années, confrontée à des difficultés récurrentes, sur fond d'endettement massif. Ses 15.000 agents et médecins étaient appelés jeudi à une grève par plusieurs syndicats.

Le "taux de mobilisation" s'est établi à 10%, selon la direction, qui a refusé de confirmer les chiffres de suppressions de postes qui circulent, mais nie tout plan social "caché".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Jean-Luc Mélenchon, a dénoncé vendredi les menaces de suppression de postes qui pèsent sur l'hôpital public de Marseille.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-