2017: Cambadélis met en garde contre une Assemblée "tripartite" avec le FN

2017: Cambadélis met en garde contre une Assemblée "tripartite" avec le FN

Publié le 12/10/2016 à 17:09 - Mise à jour à 17:11
©Robert/Nossan/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Appelant une nouvelle fois à l'unité de la gauche, le Premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis a agité le spectre d'une absence de majorité absolue à l'Assemblée nationale en 2017 avec le FN en première force d'opposition.

Il ne fait aucun doute que faute d'alliance à gauche, "nous aurons une Assemblée nationale tripartite" avec le FN, après les législatives de 2017, a déclaré mercredi le Premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis.

Trois forces seront en présence: "LR, le FN qui navigue dans les sondages entre 40 et 60 parlementaires, et le PS qui navigue entre 40 et 120", et "on ne sait pas s'il y aura une majorité absolue", a-t-il décrit devant l'Association des journalistes parlementaires.

"Si le PS, par toute une série de combinaisons, n'était pas capable d'être la principale force d'opposition à la droite - dans le cas de figure où elle aurait gagné - à ce moment-là la première force d'opposition serait le FN", a averti M. Cambadélis, lui-même député de Paris.

"Personne ne pense qu'il sera facile de se recomposer politiquement" dans ce cas, et "la gauche sera contrainte, élection après l'élection, à soutenir la droite face au FN" dans les élections intermédiaires, a-t-il analysé, jugeant que "c'est l'autonomie de la gauche qui est en jeu".

Selon le numéro un du Parti socialiste, "la présidentielle et les législatives vont définir le paysage politique pas simplement pour les cinq ans, mais pour la décennie à venir". "Je suis inquiet parce que la gauche n'a pas compris que l'époque inaugurée en 1971 par François Mitterrand était terminée: nous sommes dans le tripartisme et le problème n'est pas d'être rassemblés au deuxième tour, c'est d'y être", a-t-il ajouté en plaidant pour un rassemblement dès le 1er tour dans le cadre de la "Belle alliance populaire".

Aux "partenaires historiques" du PS, communistes et écologistes, M. Cambadélis assure que sans alliance, "ils ne seront pas représentés" à l'Assemblée. Interrogé par ailleurs sur des propos prêtés au président de la République fin 2015 dans un livre à paraître jeudi, plaidant pour "un acte de liquidation", un "hara-kiri" pour le PS, M. Cambadélis s'est montré serein.

"Je vous rassure, il est peu probable que le président de la République dépose une motion au prochain congrès du PS pour qu'il se fasse hara-kiri, donc je suis tranquille sur ce plan", a-t-il lancé, ajoutant que cette idée de liquidation, "c'est une réflexion du président de la République qui n'est pas la mienne".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Le problème n'est pas d'être rassemblés au deuxième tour, c'est d'y être", a déclaré Jean-Christophe Cambadélis.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-