Adoption du projet de loi pour le passe sanitaire à l'Assemblée : analyse et résumé

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Adoption du projet de loi pour le passe sanitaire à l'Assemblée : analyse et résumé

Publié le 23/07/2021 à 14:44
F. Froger / D6
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Après une nuit blanche de débats parlementaires houleux, l'Assemblée nationale a finalement adopté le projet de loi en première lecture : 117 pour, 86 contre, 28 abstentions.

Avant tout, il semble important de rappeler que notre Assemblée nationale comporte en théorie 577 députés, que donc 346 d'entre-eux étaient absents. Pour des questions aussi primordiales que celles du passe sanitaire et de nos libertés, il semblerait relever du bon sens que les députés soient présents dans l'hémicycle.

Voir aussi : Passe sanitaire : des débats parlementaires à l'image de la société, confus et électriques

Toujours est-il que les votes furent souvent serrés, mais toujours en faveur de la majorité. Pourtant, cette dernière (LREM + MoDem + Agir Ensemble) a fourni le service minimum. En effet, alors que ces trois groupes ensemble, comptent 350 membres, seuls 120 d'entre-eux étaient présents hier, soit 34 % de leurs effectifs. Du côté de l'opposition, suivant le même calcul : 227 membres, 113 présents, soit 50 %. Pourquoi les absents ne se sont-ils pas déplacés ? Que faisait l'opposition ? Les 188 députés de LREM absents craignaient-ils de voter contre leur parti en suivant leurs convictions ? Cette absentéisme est-il le reflet d'un "déni de démocratie" général ? Les présents représentaient-ils vraiment le peuple français, par qui ils ont été élus ?

Quoi qu'il en soit, voici le résultat des votes, en attendant les modifications qui seront apportées par le Sénat :

1. L'extension aux activités quotidienne du passe sanitaire a bien été acceptée. Il serait donc officiellement mis en place au début du mois d'août, pour toutes personnes de plus de douze ans, et ce potentiellement jusqu'au 31 décembre 2021.

2. Les personnes testées positives au covid‑19 seront placées à l’isolement pendant dix jours. Par ailleurs, elles ne pourront sortir de leur lieu d'isolement "qu’entre 10 heures et 12 heures ainsi qu’en cas d’urgence ou pour effectuer les déplacements strictement indispensables et ne pouvant être réalisés dans cette plage horaire." Des contrôles de police pourront être mis en place, jusqu'à 23h le soir.

3. Les services et établissements de santé seront aussi soumis au passe sanitaire, "sauf en cas d'urgence". Cette necessité avait été supprimée par l'amendement 372, qui avait été adopté vers 17h hier. Mais, au milieu de la nuit, Olivier Véran a requis une seconde délibération, permettant finalement à la mesure d'être adoptée... Comme pour le premier vote de mai, il semblerait que le gouvernement n'en fasse qu'à sa tête.

4. La vaccination sera effectivement rendue obligatoire pour les professionnels de santé.

5. Pour les autres, les employeurs seront tenus de respecter le protocole sanitaire et donc de rendre possible le contrôle du passe pour leurs clients. S'il ne le fait pas, il encoure une contravention de cinquième classe. Trois occurences seront punies d'un an d'emprisonnement et de 9 000 € d'amende pour l'employeur.

6. Côté employés, ceux qui sont soumis à l'obligation vaccinale (voir l'article 5 du projet de loi), pourront être licenciés s'ils ne souhaitent pas respecter cette obligation.

7. Les bureaux de vote, mentionnés par Joachim Son-Forget dans ses amendements, ne seront pas exemptés du passe sanitaire.

8. Les parlementaires, eux, ne seront pas tenus d'appliquer le passe sanitaire comme le reste des citoyens.

Alors que, rappelons le, tout ceci est supposé relever d'une dimension sanitaire, il semblerait que la politique ait pris les devants et que l'autorité soit mise au goût du jour. Quoi qu'ils cherchent ou visent, toutes ces mesures, trop souvent jugées liberticides, paraîssent difficilement applicables en réalité. Côté Assemblée, c'est advienne que pourra. La suite des événements appartient donc, pour le moment, au Sénat :

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La démocratie pleure...

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-