Affaire Benalla: l'étau se resserre autour de l'Elysée

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Affaire Benalla: l'étau se resserre autour de l'Elysée

Publié le 23/07/2018 à 19:26 - Mise à jour à 19:34
© PHILIPPE WOJAZER / POOL/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Pierre Plottu
-A +A

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb et le préfet de police de Paris Michel Delpuech ont été auditionnés ce lundi par les députés pour leur rôle supposé dans le scandale de l'affaire Benalla.

Il est des expressions qui se perdent en ces temps d'affaire Benalla. "J'assume", en fait partie. Des mots toutefois remis au goût du jour par le préfet de police de Paris Michel Delpuech, entendu ce lundi 23 après-midi par les députés de la commission des lois dans le cadre du scandale. Une audition qui contraste fortement avec celle du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, le matin même, mais dont le message a été constant: tout est parti et remonte à l'Elysée dans cette affaire.

Ministre d'Etat en charge du portefeuille de l'Intérieur, chef de la police et des renseignements, Gérard Collomb est l'un des personnages les mieux informés de la République. Et, pourtant, ce fidèle du président a juré ce lundi matin qu'il ne savait rien, ou si peu, d'Alexandre Benalla, qu'il ne le connaissait tout simplement pas. "Je pensais qu'il était policier", a même hasardé le ministre de l'Intérieur.

L'homme est pourtant le "monsieur sécurité" d'Emmanuel Macron et l'accompagne partout (jusque sur les pistes de ski) depuis le tout début d'une campagne présidentielle dont Collomb a été un des principaux acteurs. Benalla était également une des figures du siège de campagne d'Emmanuel Macron, chef de la sécurité et seul "gros bras" à avoir accès au sixième étage du bâtiment, celui du patron. Mais non, le ministre ne le connaissait pas.

A lire- Affaire Benalla: auditionné, Collomb assure qu'il ne savait rien et ne répond pas aux questions

Aux réponses lunaires (comme lorsqu'il assure n'avoir pas parlé de l'affaire avec Emmanuel Macron, ou "le moins possible"), Gérard Collomb a ajouté le renvoi de responsabilité vers ses subordonnés et... l'Elysée. Par exemple lorsqu'un député lui demande pourquoi il n'a pas saisi la justice au titre de l'article 40 (l'obligation pour une autorité ou un fonctionnaire de rapporter au procureur de la République un crime ou délit dont il a connaissance, lien). Sa réponse: "Ce n’est pas au ministre qu’il appartient de le faire". Puis d'ajouter: "Je considère que c’est à ceux qui sont en responsabilité dans leurs administrations, au plus près du terrain, de recueillir les éléments permettant de justifier la transmission d’un signalement au titre de l’article 40 de le faire". Voilà pour ses subordonnés.

Mais le ministre n'a pas oublié de charger également les services de la présidence. Tout à sa volonté de se dédouaner, il a ainsi rappelé: "Je m'étais assuré le 2 mai que tant le cabinet du président de la République que la préfecture de police de Paris avaient été destinataires de l'information de la vidéo mettant en cause monsieur Benalla. Il leur appartenait donc d'agir".

Un art de renvoyer la balle par lequel a également brillé le préfet de police de Paris Michel Delpuech. Entendu lui aussi pendant deux bonnes heures, de 14h15 à 16h30, factuel et précis, le haut fonctionnaire a certes dénoncé les "dérives individuelles inacceptables sur fond de copinage malsain" de certains parmi ses troupes. Il a même visé nommément les trois hauts gradés de la police suspendus pour avoir fourni illégalement à Benalla les images des violences du 1er mai place de la Contrescarpe. "J'ai appelé moi-même le procureur Molins".

Lire- Affaire Benalla: Crase, Simonin, Creusat... la liste des impliqués s'allonge

Acceptant de prendre sa part de responsabilités au nom de l'administration qu'il dirige, Michel Delpuech a également rappelé qu'il a lui aussi une hiérarchie. Benalla était ainsi bien "un interlocuteur connu" pour ses services, celui désigné par l'Elysée, a-t-il confirmé. Puis d'apporter une précision en forme de tacle assasin: "Mes services travaillent avec les interlocuteurs qu’on leur donne".

A propos du permis de port d'arme délivré à Alexandre Benalla par sa préfecture, après trois refus par le ministère de l'Intérieur (les limiers de Beauvau le décrivant comme un "Rambo"), Michel Delpuech a également joué la transparence. Le sésame a ainsi bien été délivré suite à une demande transmise par l'Elysée. "Sans pression", certes, mais le Palais a-t-il besoin d'en user pour se faire obéir de l'administration? "J'ai pris cette décision (...) je l'assume", s'est borné à répondre Michel Delpuech.

Enfin, sur le non recours à l'article 40, le préfet a également dit "assumer". Mais en rappelant une fois encore son rôle de maillon certes essentiel, mais qui n'est pas en bout de chaîne: "En pratique, on renvoie à l’autorité qui a la responsabilité hiérarchique. C’est en tous cas ce que j’ai pensé -peut-être à tort, mais je l’assume. Il y avait déjà pas mal de personnes informées quand je l’ai été moi-même (...) qui auraient pu saisir l’article 40. Dans ces conditions, ce n’était plus au préfet de prendre cette décision (...). Le préfet de police est une autorité importante, mais dans une chaîne hiérarchique il est sous l’autorité des autorités exécutives".

Au-delà de la tonalité des réponses apportées par les deux auditionnés du jour, force est de constater que Gérard Collomb comme Michel Delpuech se sont donc surtout efforcés de renvoyer la patate chaude. Aucun n'a envie de jouer les fusibles dans une affaire avant tout politique: celle de la protection accordée par Emmanuel Macron, ou ses services, à Alexandre Benalla malgré l'accumulation des dérapages. Bilan de la journée, alors que d'autres auditions restent attendues: l'étau se resserre autour de l'Elysée.

Sur le même sujet:

Affaire Benalla: le couple molesté avait été violent envers les CRS (vidéo)

Les avocats de Benalla dévoilent la défense de leur client

Affaire Benalla - Stéphane Fratacci, directeur de cabinet de Gérard Collomb, l'homme clé?

Auteur(s): Pierre Plottu

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Des premières auditions des protagonistes de l'affaire Benalla il ressort que l'Elysée a jouer un rôle central dans les faits.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-