Affaire Geneviève Legay: le procureur ne voulait pas mettre Macron en difficulté

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Affaire Geneviève Legay: le procureur ne voulait pas mettre Macron en difficulté

Publié le 24/07/2019 à 10:46 - Mise à jour à 11:00
© Valery HACHE / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Jean-Michel Prêtre, le procureur en charge de l'affaire Geneviève Legay, aurait volontairement dédouané les policiers dans un premier temps. Il a expliqué ne pas avoir voulu mettre Emmanuel Macron en difficulté.

Les violences commises par les forces de l'ordre à l'encontre de Geneviève Legay le 23 mars à Nice au cours d'une manifestation s'inscrivant dans le mouvement des Gilets jaunes ont désormais donné lieu à une affaire qui porte le nom de la sexagénaire membre du collectif Attac. Dernière révélation en date: le procureur en charge des investigations, Jean-Michel Prêtre, aurait volontairement dédouané les policiers pour ne pas mettre le président de la République "dans l'embarras" selon une information du Monde.

En effet, le magistrat avait dans un premier temps assuré qu’il n’y avait pas eu de contact entre Geneviève Legay et les forces de l’ordre, avant finalement de changer d’avis quelques jours plus tard. De plus, il avait d'abord confié l'enquête à la sûreté départementale alors que la cheffe de ce service avait elle-même participé à l'opération de maintien de l'ordre dans le périmètre où Geneviève Legay a été bousculée et était la compagne du commissaire chargé du commandement de cette opération.

Sommé de s'expliquer sur ses faits par sa hiérarchie, Jean-Michel Prêtre a expliqué ne pas avoir voulu mettre Emmanuel Macron en difficulté avec des versions dont les divergences seraient "trop importantes" et ce, de sa propre initiative, selon les informations du quotidien du soir.

Lire - Nice: Geneviève Legay de retour chez elle après deux mois d'hôpital

Mediapart avait également révélé que les gendarmes présents sur le rassemblement ont refusé de charger, contrairement aux policiers, estimant l'usage de la force "disproportionné". Et d'ajouter que le magistrat avait été présent au centre de supervision urbain au moment où Geneviève Legay a été blessée, et donc témoin de la scène, sans qu’il n’ait jugé nécessaire de communiquer sur cette présence ni de confier l’enquête à un autre procureur

"Vu le contexte, je suis persuadée qu'il a dû se dire, devant les images un peu fouillies: «Ce n'est pas très clair, ça peut passer». Un procureur n'a pas à protéger qui que ce soit, fût-il le président de la République. C'est une curieuse conception de sa mission, et c'est bien la raison pour laquelle je parle de porosité malsaine et de défaut d'indépendance…", a réagi auprès du quotidien l'avocate de Geneviève Legay.

"Ce n’est pas la première fois qu’il se met en avant et prend des libertés avec la vérité", a assuré au Monde un avocat du barreau de Nice.

Au vu de tous ces éléments à charge, la Cour de cassation avait pris la décision le 10 juillet dernier de dépayser l'affaire à Lyon et de confier l'enquête sur les violences policières à un juge d'instruction local.

Voir:

Affaire Legay: la Cour de cassation dépayse l'enquête à Lyon

Les avocats de Geneviève Legay insistent pour une enquête sur toute la chaîne de commandement

Genevière Legay demande à Macron "de prendre en compte les souffrances du peuple"

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Geneviève Legay avait été blessée par la police lors d'une manifestation à Nice.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-