Affaire Théo: la qualification de "viol" écartée par l'IGPN, les réactions des politiques

Affaire Théo: la qualification de "viol" écartée par l'IGPN, les réactions des politiques

Publié le 09/02/2017 à 16:56 - Mise à jour à 17:35
©Charles Platiau/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Lucas Carcano
-A +A

L'agression de Théo à Aulnay-sous-Bois a fait parler la classe politique. Dans une première conclusion, l'IGPN, la police des polices, a écarté ce jeudi la thèse du viol, évoquant un "accident involontaire". Une décision qui divise les politiciens.

L'affaire Théo, jeune homme de 22 ans agressé le jeudi 2 par quatre policiers à Aulnay-Sous-Bois, a suscité de nombreuses réactions politiques, parfois divergentes. La victime a été blessée dans la région anale par la matraque d'un des policiers, mis en examen pour viol. Ce jeudi 9, la thèse du viol a été écartée par l'IGPN, la police des polices, qui parle "d'accident très grave mais accidentel". Cette décision a suscité de nouvelles réactions dans tous les camps politiques.

Un peu à contre-courant des autres partis politiques, Marine Le Pen, a dans un premier temps tenu à défendre la fonction de policier: "Mon principe de base, c’est d’abord: je soutiens les forces de police et de gendarmerie, sauf démonstration par la justice qu’ils ont commis un délit ou un crime", a-t-elle déclaré. La présidente du Front national a rappelé "les conditions absolument épouvantables", notamment des policiers "qui travaillent en banlieue". En revanche, elle a fermement condamné les émeutes à Aulnay-sous-Bois, qui ont éclatées après l'affaire. Mardi 7, la candidate à la présidentielle s'est déplacée dans l'Essonne pour rencontrer et écouter les policiers.

Suite à la décision de l'IGPN d'écarter la thèse du viol, Marion Maréchal-Le Pen, présidente du FN dans la région PACA, a félicité Marine Le Pen de ne pas avoir "accusé la police sans savoir, contrairement aux autres".

Du côté du PS, Benoît Hamon a demandé à l'Etat d'être "implacable" envers les policiers impliqués. Il a déclaré: "Les relations sont certes difficiles entre la police et la population, mais pour un jeune qui n'avait rien fait, se retrouver interpellé, être victime de violences et d'un viol, c'est inacceptable." Il a toutefois appelé à "ne pas confondre le geste de quelques-uns avec le travail quotidien de milliers de policiers sur le terrain".

Empêtré dans ses propres affaires judiciaires, ce n'est que mercredi 8 au soir que François Fillon s'est exprimé. Dans Le Monde, le candidat de la droite à la présidentielle a affirmé que "les fautes" commises par les policiers "devaient être sanctionnées". Il a tenu à faire la part des choses: "Ça doit nous conduire (...) à montrer notre solidarité avec la police, et en même temps à être absolument intransigeants sur son comportement".

Emmanuel Macron a, lui, appelé à lexemplarité de la police. Le candidat de En Marche! a expliqué vouloir créer "une police de la sécurité quotidienne, mieux ancrée dans les territoires dont elle a la charge". Il a développé son idée, mercredi 8, dans une tribune publiée sur Facebook.

Jean-Luc Mélenchon a, pour sa part, eu des propos plus radicaux. Il a parlé d'un "acte de torture" concernant Théo. Le candidat de La France Insoumise a condamné ces pratiques policières et proposé "d'expulser de la police les tortureurs". Plus de détails sont accessibles dans une vidéo qu'il a publié mardi soir.

Auteur(s): Lucas Carcano

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La "thèse du viol" écartée par l'IGPN sucite de nouvelles réactions politiques.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-