Affaires: Fillon contre-attaque et dénonce une "machination" de Hollande et de Macron

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Affaires: Fillon contre-attaque et dénonce une "machination" de Hollande et de Macron

Publié le 22/03/2017 à 16:45 - Mise à jour à 16:47
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Après de nouvelles déclarations ciblées de François Hollande, François Fillon a réagi ce mercredi sur France Info, affirmant que "les masques tombent" et que la gauche, "dans l'incapacité de gagner la présidentielle", cherche à éliminer le candidat de la droite.

Le premier feu de la journée venait de François Hollande. Le président de la République a malicieusement souligné en marge du Conseil des ministres de ce mercredi 22 qu'"une République exemplaire" exige qu'il ne puisse pas y avoir de "suspicion à l'égard des personnes qui exercent les plus hautes fonctions ou qui briguent les plus hautes responsabilités". Des propos qui ne visaient pas nommément François Fillon mais dont la cible était sans équivoque.

Des mots, aussi, qui ont fait bondir le candidat de la droite, interrogé par France Info en marge du Congrès de maires de France. "Les masques tombent. La machination est maintenant (révélée) aux yeux de tous les Français", a-t-il expliqué. Et d'ajouter: "Chaque semaine il y a des fuites organisées contre le secret de l'instruction, (...) par les services de l'Etat. Et comme par hasard, le Parti socialiste, Monsieur Macron, Monsieur Hollande, se jettent sur ces pseudo-révélations pour exiger qu'il n'y ait plus de candidat à droite".

Car selon François Fillon, l'équation est simple: "la gauche est dans l'incapacité de gagner cette élection et elle n'a plus qu'une seule possibilité pour y parvenir, ce serait de ne pas avoir d'adversaires à droite".

Interrogé sur la démission de Bruno Le Roux suite aux révélations sur l'emploi de ses filles à l'Assemblée nationale, François Fillon a jugé qu'il s'agissait d'une affaire différente des siennes. "Je ne suis pas ministre de l'Intérieur, je suis candidat à l'élection présidentielle. C'est une attaque sans précédent depuis le début de la Ve République contre le processus démocratique", a-t-il justifié pour expliquer qu'il ne se retirerait pas de la course à l'Elysée.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


François Fillon a accusé la gauche de vouloir l'éliminer de la course à la présidentielle pour avoir une chance de la remporter.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-