Air France: "violences inacceptables" pour Hollande, "chienlit" pour Sarkozy

Air France: "violences inacceptables" pour Hollande, "chienlit" pour Sarkozy

Publié le 06/10/2015 à 14:37 - Mise à jour à 14:46
©Pascal Rossignol/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

François Hollande, Nicolas Sarkozy et Manuel Valls: tous ont dénoncé les manifestations de salariés d'Air France qui ont dégénéré, lundi 5. Mais chacun avec leurs mots.

Les condamnations sont unanimes, jusqu'au plus haut niveau de l'Etat. Suite aux images montrant des salariés d'Air France en colère contre le plan de licenciement malmener leur directeur des ressources humaines, lundi 5, François Hollande a dénoncé des "violences inacceptables", ce mardi en marge d'un déplacement au Havre.

"Ça compte, le dialogue social. Et quand il est interrompu par des violences, des contestations qui prennent des formes inacceptables, on voit ce que ça peut avoir comme conséquences sur l'image, sur l'attractivité" du pays, a ainsi regretté ce mardi le président de la République lors de l'inauguration de l'École nationale supérieure maritime au Havre.

Le chef de l'Etat en a ainsi appelé à "un dialogue social apaisé". "(Il faut) un dialogue responsable avec un patronat qui prend les décisions qui sont attendues et des responsables syndicaux qui jouent la carte, la seule possible, celle du compromis et de la négociation".

Manuel Valls a également dénoncé les violences et réclamé des "sanctions lourdes" contre les "voyous" qui les ont perpétrées. Se disant "scandalisé", le Premier ministre a assuré "tout son soutien" à la direction d'Air France, depuis le Japon où il était en déplacement.

Face aux députés de son parti, ce mardi à l'Assemblée nationale, Nicolas Sarkozy a pour sa part dénoncé "la chienlit, le délitement de l'Etat" que marquent ces incidents. "Nous ne sommes pas en 1793. Nous ne pouvons pas accepter que deux dirigeants soient au bord de se faire lyncher par des hommes en tenue de syndicalistes, avec des syndicats qui ont pignon sur rue et qui ont tous appelé à voter pour François Hollande en 2012", se serait emporté le président LR selon des témoins.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




François Hollande et Nicolas Sarkozy ont dénoncé les violences de lundi 5.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-