Ancien ministre de Mitterrand, il prend une amende dans le train et en est scandalisé

Ancien ministre de Mitterrand, il prend une amende dans le train et en est scandalisé

Publié le 17/11/2017 à 15:51 - Mise à jour à 16:00
© LOIC VENANCE / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Depuis juillet 2017, les anciens parlementaires n'ont plus le droit de voyager gratuitement dans les trains de la SNCF. Le 8 octobre dernier, l'ancien ministre Louis Mexandeau en a fait les frais.

Louis Mexandeau n'est pas content du tout. Cet ancien ministre de François Mitterrand a été contrôlé dans un train alors qu’il voyageait sans billet à destination de Caen le 8 octobre dernier et a logiquement été verbalisé.

Et c'est cette amende qui a provoqué la colère de cet ancien député du Calvados. "Moi, ancien ministre de Mitterrand, j'ai été traité comme un fraudeur, j'ai été humilié!", a-t-il expliqué au Point qui révèle l'information. L'hebdomadaire précise toutefois que Louis Mexandeau s'est dûment acquitté de sa contravention. "J'ai payé. Je n'ai pas voulu en faire un fromage, mais vous conviendrez que le procédé manque d'élégance", a déclaré le principale intéressé. 

Car voilà, depuis juillet dernier, sur décision de l'Assemblée nationale, les anciens parlementaires n'ont désormais plus le droit de voyager gratuitement dans les trains de la SNCF. Cet avantage, qui était réservé aux élus en cours de mandat, aux députés honoraires (3 mandats) et aux membres honoraires du parlement (4 mandats), coûtait à l'Etat près de 300.000 euros par an.

Un coût qui s'est envolé avec les dernières législatives de juin dernier, qui ont vu l'élection de très nombreux nouveaux députés... provoquant par la même une explosion du nombre de députés honoraires, portant à 800.000 euros le budget nécessaire au règlement de leurs frais de déplacement.  

Cette mesure est entrée en application au 1er octobre de cette année. L'ancien ministre a sûrement pu plaider l'ignorance. A noter que les anciens députés bénéficiaient également d'une réduction de 50% sur les billets Air France (dans la limite de 6 allers-retours par an) qui leur a également été supprimée lors de la réforme de l'Assemblée nationale portée par François de Rugy.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La gratuité des traisn de la SNCF pour les anciens parlementaires a pris en octobre 2017.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-