Anniversaire de l'abolition de la peine de mort: Badinter remet son discours au Sénat

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Anniversaire de l'abolition de la peine de mort: Badinter remet son discours au Sénat

Publié le 29/09/2016 à 17:23 - Mise à jour à 17:24
©Eric Feferberg/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Il y a 35 ans, le Sénat avait aboli "purement, simplement et définitivement" la peine de mort en France, par 160 voix pour et 126 contre. A l'occasion de cet anniversaire, l'ancien garde des Sceaux, Robert Badinter, a remis au Sénat, mercredi, un exemplaire du discours qu'il avait prononcé à l'époque devant la Haute Assemblée.

L'ancien garde des Sceaux Robert Badinter a remis mercredi 28 à la bibliothèque du Sénat un exemplaire, corrigé de sa main, du discours qu'il a prononcé devant la Haute Assemblée il y a 35 ans exactement, le 28 septembre 1981, à l'occasion du débat sur l'abolition de la peine de mort.

A l'issue d'un débat de trois jours, le Sénat, alors à majorité de droite, avait aboli "purement, simplement et définitivement" la peine de mort en France, par 160 voix pour et 126 contre, avec des applaudissements de tous les bancs de l'hémicycle, en votant conforme le projet de loi défendu par M. Badinter. "L'essentiel du débat ne s'est pas déroulé à l'Assemblée nationale, qui était alors de gauche, mais ici", au Sénat, a souligné M. Badinter.

"Le recours au dernier mot de l’Assemblée nationale aurait fragilisé l’avenir de votre texte en cas d’alternance", a estimé de son côté le président du Sénat Gérard Larcher (LR). M. Badinter a rappelé qu'au cours de l'année 80-81, la peine de mort avait été prononcée huit fois en France, "ce qui montre à quel point elle était enracinée". "Mais les sénateurs ont eu pour conscience de voter en leur âme et conscience et ils ont aboli la peine de mort", a-t-il dit.

"Ce discours, vous y attachez une grande importance, car il a permis d’engager un véritable débat parlementaire, a ajouté M. Larcher. Par-delà la force de votre conviction personnelle, votre souhait était de convaincre, de développer un argumentaire étayé et mesuré, toujours dans le respect de l’indépendance de l’institution sénatoriale et de la diversité des opinions de chacun".

Après avoir été président du Conseil constitutionnel, M. Badinter a siégé 16 ans au Sénat, de 1995 à 2011.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Robert Badinter a rappelé qu'au cours de l'année 80-81, la peine de mort avait été prononcée huit fois en France.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-