Après avoir été donné pour mort, Chirac va mieux et a pu rentrer chez lui

Après avoir été donné pour mort, Chirac va mieux et a pu rentrer chez lui

Publié le 14/10/2016 à 09:39 - Mise à jour à 09:44
©Patrick Kovarik/Pool/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Atteint d'une grave infection pulmonaire, Jacques Chirac (83 ans) va désormais mieux et a pu regagner son domicile, a-t-on appris jeudi. Presque un miracle, car l'ancien président aurait frôlé la mort durant les premiers jours de son hospitalisation.

Il aurait frôlé la mort, mais va désormais mieux. Après trois semaines d'hospitalisation, Jacques Chirac (83 ans) a pu regagner son domicile et va maintenant "poursuivre sa convalescence chez lui", a confié son gendre Frédéric Salat-Baroux  à l'AFP jeudi13. Et si l'ancien président est bien vivant, n'en déplaise à Christine Boutin, Le Parisien confirme ce vendredi 14 une information parue fin septembre dans Le JDD: Jacques Chirac a bien tutoyé la faucheuse au tout début de son admission à la Pitié-Salpêtrière.

Rapatrié en urgence du Maroc par avion dans la nuit du samedi 17 au dimanche 18 septembre, Jacques Chirac était dans un état critique. Atteint d'une grave infection pulmonaire, il a ainsi dû être transféré en soins intensifs dans le courant de la soirée, inconscient. Il a fallu lui retirer de l'eau des poumons et son état était alors jugé "très, très préoccupant". Autre signe de la gravité de l'instant, seuls ses très proches pouvaient accéder à son chevet, tandis que sa femme Bernadette "épuisée" avait dû être elle aussi hospitalisée.

"Chez un individu en pleine forme, on sait très bien traiter une infection pulmonaire mais chez une personne de 83 ans, affaiblie, les trois jours qui suivent une intervention d'urgence sont toujours déterminants", a ainsi confié au JDD un médecin. Mais depuis, "les antibiotiques ont fini par fonctionner. Et son infection pulmonaire a pu être soignée", a expliqué un proche cité par Le Parisien.

Jacques Chirac va désormais mieux, donc. Les époux Chirac avaient déjà été très éprouvés par le décès de leur fille aînée, Laurence, en avril. Depuis son départ de l'Elysée, M. Chirac -victime d'un accident vasculaire cérébral en 2005 après avoir été connu pendant des décennies pour sa santé de fer et son naturel bon vivant- a dû être soigné à plusieurs reprises. Comme à chacune de ses hospitalisations, son précédent séjour à la Pitié, en décembre 2015, pour "affaiblissement" avait déjà été l'occasion de maintes rumeurs.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Inconscient, Jacques Chirac avait dû être transféré en soins intensifs la nuit de son hospitalisation.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-