Attentat à Nice: Christian Estrosi critique l'action de François Hollande et réclame "un sursaut"

Attentat à Nice: Christian Estrosi critique l'action de François Hollande et réclame "un sursaut"

Publié le 15/07/2016 à 09:39
©Eric Gaillard/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Une partie de la classe politique commence à exprimer son incompréhension face à la facilité apparente avec laquelle l'homme a perpétré son attaque à Nice. Christian Estrosi, qui a longtemps maire de la ville, dénonce une action trop tiède des autorités. Selon "Le Figaro", il avait écrit au président de la République la veille de l'attentat.

Christian Estrosi, président (Les Républicains) de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, a réclamé un "sursaut" de l'Etat dans la lutte contre le terrorisme, reprochant à François Hollande d'avoir évoqué jeudi la levée de l'état d'urgence quelques heures avant de le prolonger de trois mois après l'attentat de Nice.

"Il faut un sursaut. Je le demande au gouvernement", a déclaré M. Estrosi sur France Inter, quelques heures après qu'un homme eut tué 84 personnes en fonçant avec un camion dans la foule jeudi soir dans la ville dont il a longtemps été le maire.

"Si l'heure n'est pas à la polémique, je me pose bien sûr des questions. Pourquoi l'Etat a-t-il annoncé hier (jeudi) à midi la levée de l' état d'urgence et décidé hier soir qu'il faut le prolonger de trois mois? Tout ça me paraît bien désordonné", s'est interrogé le député des Alpes-Maritimes.

"Pourquoi et comment cet homme a-t-il pu pénétrer sur la promenade des Anglais qui était pourtant piétonnisée? Combien de policiers nationaux protégeaient cet événement, là où nous réclamons des renforts depuis des mois et des mois parce que nous jugeons que leur présence est insuffisante", a poursuivi le président de la région Paca.

L'état d'urgence, décrété au soir des attentats du 13 novembre, a été prolongé à trois reprises par le Parlement. Le terme prévu par la dernière prolongation était le 26 juillet, deux jours après la fin du Tour de France cycliste.

Après avoir confirmé cette date jeudi lors de l'interview du 14 juillet, François Hollande a annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi que l'état d'urgence serait finalement de nouveau prolongé de trois mois quelques heures après l'attentat de Nice.

"Après Paris, après Bruxelles, c'est à Nice que le terrorisme frappe, avant de frapper ailleurs si une fois de plus on ne prend pas conscience du fait que la France est en guerre. On l'a oublié après Charlie Hebdo et on a eu le Bataclan, on l'a oublié après le Bataclan et il y a eu Bruxelles, on l'a oublié après Bruxelles et il y a désormais Nice", a également déclaré M. Estrosi.

"Il y a des questions qui méritent d'avoir des réponses" même si "l'heure n'est pas aux polémiques. Pour l'instant consacrons-nous à panser les plaies des familles", a-t-il dit.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Combien de policiers nationaux protégeaient cet événement, là où nous réclamons des renforts depuis des mois et des mois" dénonce Christian Estrosi.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-