Au-delà de la primaire, l'avenir du PS se joue à travers le duel Hamon-Valls

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Au-delà de la primaire, l'avenir du PS se joue à travers le duel Hamon-Valls

Publié le 24/01/2017 à 16:43 - Mise à jour à 17:04
©Jacques Demarthon/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): PP

-A +A

Manuel Valls contre Benoît Hamon, aile droite contre aile gauche: le duel entre les deux anciens ministres, longtemps en marge de leur propre parti, sera l'affiche finale de cette primaire en vue de 2017. Et le vainqueur sera en passe de prendre les commandes du PS.

Clarification. Il y a eu Lionel Jospin, François Hollande et enfin Martine Aubry: pendant plus de quinze ans, et même vingt si l'on compte Harlem Désir et Jean-Christophe Cambadélis, le Parti socialiste a été dirigé par la synthèse. Une ligne "centrale" autour de laquelle s'articulaient les courants plus "à gauche" (aujourd'hui représentés par Maintenant la gauche d'Emmanuel Maurel) ou "à droite" (Les Réformateurs de Gérard Collomb).

Mais avec le renoncement de François Hollande et la mise en retrait de Martine Aubry, le "centre" du PS se cherche désespérément une tête d'affiche. Un casting qui n'a pas abouti avant la primaire, de sorte que Vincent Peillon, si discret depuis deux ans, a pu surgir pour tenter de reprendre l'oriflamme avec le résultat que l'on connait (6% au premier tour), laissant seuls en lice Benoît Hamon et Manuel Valls, les représentants des deux camps autrefois marginaux.

Au-delà de la désignation du futur candidat pour une présidentielle que d'aucuns prédisent perdue d'avance, ce duel du second tour est donc celui de la clarification. L'un des deux camps jusqu'ici maintenu en minorité va passer au premier plan et mettre la main sur l'appareil socialiste, une belle machine héritée de longues années de pouvoir notamment au niveau local et régional.

Et si, face au frondeur Hamon, Manuel Valls aurait pu avoir toutes ses chances car le mieux placé pour récupérer une large part des légitimistes orphelins, lui qui se réclame de l'héritage de Rocard et défend le bilan Hollande (qui est aussi le sien), l'irruption d'Emmanuel Macron contrecarre ses projets. Une tactique qu'il semble pourtant décidé à poursuivre jusqu'au bout, en jouant à fond la carte de l'opposition entre la gauche "crédible" de gouvernement, la sienne, et l'autre, celle des "promesses irréalisables" et tribunicienne, celle de Benoît Hamon, comme il a attaqué son adversaire dès le soir du premier tour.

Sauf que le maire d'Evry, s'il tente de se draper des oripeaux de la synthèse, reste l'une des figures de longue date d'un socialisme de rupture. Défenseur de la théorie des "deux gauches irréconciliables" et d'une laïcité dure, à l'image de son positionnement sur le voile islamique à l'université, celui qui a crié son amour à l'entreprise à l'université d'été du MEDEF peine ainsi à rassembler largement.

Preuve en est ces ministres et autres hollandais historiques qui ont refusé de le soutenir pour la primaire. Ou même ceux prêts à franchir le Rubicond et rejoindre Emmanuel Macron, tels Ségolène Royal ou Jean-Marc Ayrault, plutôt que de le rallier. Comme s'il valait mieux laisser le PS exploser que de le laisser entre les mains de l'ex-Premier ministre.

Car tous semblent convaincus qu' avec une victoire de Benoît Hamon, cet apparatchik de haut rang -"combinard" disent ses détracteurs- qui tient à sa botte le MJS et n'a pas hésité par le passé à planter des poignards même dans le dos de très proches (Arnaud Montebourg par exemple en a fait les frais en son temps comme le rappelle Marianne)– le PS est voué à l'opposition pour longtemps. Voire à un lent mais inexorable déclin jusqu'à devenir l'ombre de lui-même, soit la trajectoire qu'a connu le PCF en son temps.

 

Auteur(s): PP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Manuel Valls et Benoît Hamon, longtemps minoritaires au sein du PS, sont désormais en passe d'en prendre les commandes.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-