Au nom de la "politique moderne", Philippot aimerait travailler avec Mélenchon

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 30 octobre 2017
Mis à jour le 30 octobre 2017
Image
L'ex-vice président du FN Florian Philippot le 13 mai 2016 à Paris
Crédits
© JOEL SAGET / AFP/Archives
Florian Philippot tente d'approcher Jean-Luc Mélenchon.
© JOEL SAGET / AFP/Archives
Florian Philippot a estimé possible de travailler avec Jean-Luc Mélenchon, au nom de la "politique moderne" ce lundi matin sur France Info. L'ancien frontiste a indiqué partager l'analyse de l'insoumis sur la loi Travail.

Si Florian Philippot ne cache pas sa nouvelle aversion pour Marine Le Pen, contre laquelle il semble avoir gardé une rancune tenace depuis son départ du Front national, il n'en va pas de même pour tous les dirigeants politiques.

Invité de France Info ce lundi 30, le chef de file des Patriotes a fait part de ses points de convergence avec le leader de la France insoumise. "Par exemple sur la loi travail, là on était d'accord sur l'analyse", a-t-il estimé. Et de proposer: "Moi, je pense que la politique moderne consisterait à ce qu'on puisse travailler ensemble, ponctuellement, sur un sujet. Par exemple pour faire échec à cette loi Travail, pour proposer autre chose, et aller dans le sens de l'intérêt national. Et ensuite on reprend nos chemins".

Néanmoins, l'ancien vice-président du FN a confié avoir encore des divergences politiques avec le député des Bouches-du-Rhône. "Monsieur Mélenchon a deux problèmes: il n’est pas clair du tout sur la souveraineté nationale, parce que je pense qu’il subsiste un problème dans sa famille politique avec la nation", a-t-il expliqué. Et d'ajouter: "sur l’islamisme radical et le fondamentalisme, ils sont quand même au moins naïfs. Il y a des propos chez certains de leurs députés, des atténuations qui ne sont pas acceptables".

Pour l'heure, ce lundi en fin de journée, Jean-Luc Mélenchon n'a pas encore réagi à la main tendue de Florian Philippot bien qu'il semble difficile à imaginer que l'insoumis fasse un pas dans sa direction. En septembre dernier, il avait lancé à son adresse: "Florian Philippot est un fasciste, on n'en a rien à faire".

À LIRE AUSSI

Image
France-Soir
Les "philippotistes", désormais meilleurs ennemis de Marine Le Pen
Longtemps bons soldats, prompts à défendre Marine Le Pen au moindre propos jugé défavorable, les partisans de Florian Philippot ont désormais retourné leurs armes cont...
Publié le 20 octobre 2017
Image
L'ex-vice président du FN Florian Philippot le 13 mai 2016 à Paris
Philippot dénonce l'"euro-réformisme" du FN, un "revirement extraordinaire"
Florian Philippot, président des "Patriotes", a dénoncé jeudi sur le site de L'Opinion "l'euro-réformisme" prôné selon lui par le Front national qu'il a quitté fin sep...
Publié le 12 octobre 2017
Politique
Image
Florian Philippot, le 9 septembre 2017 à Brachay
FN: Philippot accusé d'avoir torpillé l'appel de Marine Le Pen aux fillonistes entre les deux tours de la présidentielle (vidéo)
Entre les deux tours de la présidentielle, Marine Le Pen avait fait appel aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon mais pas à ceux de François Fillon, qui l'ont pourtant da...
Publié le 12 octobre 2017
Politique