Au Sénat, la droite devrait seulement encadrer la prolongation de l'état d'urgence sanitaire

Au Sénat, la droite devrait seulement encadrer la prolongation de l'état d'urgence sanitaire

Publié le 26/10/2021 à 13:20
AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Qu’il semble loin le temps où les parlementaires LR s’insurgeaient contre le passe sanitaire. Ce lundi 25 octobre au Sénat, c’est un simple toilettage qu’a proposé le parti dirigé par Christian Jacob à propos du projet de loi « vigilance sanitaire », voté de justesse par l’Assemblée nationale la semaine dernière. Ce texte prévoit notamment d'étendre l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 31 juillet, donnant ainsi au gouvernement la possibilité de recourir à sa guise au passe sanitaire et au confinement jusqu'à cette date.

Voir aussi : Loïc Hervé, sénateur : "le pass sanitaire, ce n'est pas possible, c'est une question de principe"

Plutôt que de s’y opposer, comme beaucoup l’espéraient, l’amendement déposé par le rapporteur LR du texte au Sénat, Philippe Bas, vise seulement à limiter ce dispositif au 28 février. "À partir du moment où nous sommes face à une dérogation aux lois sur les libertés et aux principes constitutionnels, nous ne l’acceptons que temporairement. Et trois mois et demi nous semble être une bonne période", a confié ce dernier au Parisien.

Commission mixte paritaire

Estimant que l’objectif d’inciter à la vaccination avait été rempli, la droite sénatoriale propose par ailleurs que le recours au passe sanitaire ne soit plus permis, à partir du 15 novembre, dans les départements qui auront plus de 75 % de leur population vaccinée (soit 88% des plus de 12 ans).  Un troisième amendement prévoit enfin de retirer du projet de loi la possibilité pour les chefs d’établissements scolaires de connaître le statut vaccinal de leurs élèves. Outre que cette disposition trahit le secret médical, elle présente également un risque de discrimination alerte Philippe Bas : "Ce n’est pas au moment où l’épidémie marque le pas que l’on doit se mettre à faire des discriminations entre élèves, sur la base d’un statut vaccinal dont ils ne sont même pas responsables, puisqu’ils sont mineurs."

Ces différents amendements seront examinés aujourd'hui et demain en commission puis en séance publique. Les sénateurs seront-ils plus nombreux que les députés dont la faible mobilisation sur un sujet aussi grave a marqué les esprits, comme l'a relevé Maxime Tandonnet dans son texte "Urgence sanitaire: où étaient nos représentants ?" ?

Si, comme on peut s’y attendre, le texte adopté par le Sénat différait de celui de l’Assemblée nationale, il reviendrait à une commission paritaire réunissant sept députés et sept sénateurs de trouver un compromis, comme ce fut le cas en juillet dernier. Si aucun accord n’était trouvé, le dernier mot reviendrait à l’Assemblée nationale.

Voir aussi : Le Sénat refuse la vaccination obligatoire, avec un discours remarqué de Laurence Muller-Bronn

Une position timorée de la droite sénatoriale qui déçoit ceux qui espéraient une offensive en règle contre le passe sanitaire dans son ensemble :

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le Sénat examinera les amendements déposés par le rapporteur LR du texte aujourd'hui et demain.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-