Aulnay-sous-Bois : mon "principe de base", c'est "soutenir les policiers" souligne Marine Le Pen

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
Publié le 07 février 2017 - 13:53
Image
Marine Le Pen.
Crédits
©Frederik Florin/AFP
Un des quatre policiers a été mis en examen pour viol et ses trois collègues pour violences volontaires en réunion.
©Frederik Florin/AFP
Pour la première fois Marine Le Pen s'est exprimé ce mardi, l'interpellation d'un jeune homme gravement blessé à coups de matraque à Aulnay-sous-Bois. La présidente du FN a souligné qu'elle avait pour "principe de base" de soutenir les forces de l'ordre.

Marine Le Pen a déploré ce mardi 7 "les émeutes" à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) consécutives à l'interpellation d'un jeune homme gravement blessé à coups de matraque, soulignant qu'elle avait pour "principe de base" de soutenir les forces de l'ordre.

"Il y a une information en cours (...) Je crois que la justice est saisie (...) Mon principe de base, c'est d'abord: je soutiens les forces de police et de gendarmerie, sauf démonstration par la justice qu'ils ont commis un délit ou un crime", a déclaré sur LCI la candidate FN à l'élection présidentielle.

Interrogée sur l'intervention "musclée" des quatre policiers, elle a répondu: "musclée mais on ne sait pas dans quel contexte cette arrestation a eu lieu donc se baser comme ça sur des images, c'est quand même assez périlleux".

Un des quatre policiers a été mis en examen pour viol et ses trois collègues pour violences volontaires en réunion. Les quatre fonctionnaires ont été suspendus de leurs fonctions. "Moi, je crois que les policiers et les gendarmes travaillent dans des conditions absolument épouvantables et particulièrement les policiers qui travaillent en banlieue. C'est extrêmement compliqué pour eux sur le plan matériel, sur le plan moral, souvent ils ne sont pas soutenus par leur hiérarchie", a ajouté la présidente du Front national.

"Je pense qu'il ne faut pas les clouer au pilori. Quand il y a un problème, sur des dizaines de milliers d'arrestations qu'ils peuvent effectuer, alors la justice est saisie avec célérité et ils auront l'occasion de se défendre devant elle", a-t-elle assuré.

"Mais est-ce que ça justifie les émeutes qui ont eu lieu depuis ? Est-ce que ça justifie qu'un certain nombre se permettent ainsi de casser, de brûler alors même que la justice est saisie du dossier ? La réponse est non", a martelé Marine Le Pen.

À LIRE AUSSI

Image
Des policiers à Aulnay-Sous-Bois le 6 février 2017.
Arrestation d'Aulnay-sous-bois : les violences continuent après la mise en examen des policiers
Aulnay-sous-Bois et la cité des 3.000 ont été entre le théâtre d'une troisième nuit consécutive de violences urbaines suite à une interpellation qui a eu lieu jeudi. L...
07 février 2017 - 11:15
Société
Image
Des policiers à la grande braderie de Lille.
Agression policière à Aulnay-sous-Bois : le récit de Théo qui déclare "j'ai failli mourir"
Agressé et blessé il y a quatre jours lors d'un contrôle d'identité par des policiers à Aulnay-sous-Bois, Théo, jeune homme de 22 ans, a raconté ce lundi à ses avocats...
06 février 2017 - 17:19
Société
Image
Un policier en uniforme.
Interpellation "musclée" à Aulnay-sous-bois : requalification des accusations de "viol", information judiciaire ouverte pour "violences"
Quatre policiers étaient toujours en garde à vue ce dimanche matin, après une interpellation musclée à Aulnay-sous-Bois jeudi, durant laquelle l'un d'entre eux aurait ...
05 février 2017 - 12:33
Société

L'article vous a plu ? Il a mobilisé notre rédaction qui ne vit que de vos dons.
L'information a un coût, d'autant plus que la concurrence des rédactions subventionnées impose un surcroît de rigueur et de professionnalisme.

Avec votre soutien, France-Soir continuera à proposer ses articles gratuitement  car nous pensons que tout le monde doit avoir accès à une information libre et indépendante pour se forger sa propre opinion.

Vous êtes la condition sine qua non à notre existence, soutenez-nous pour que France-Soir demeure le média français qui fait s’exprimer les plus légitimes.

Si vous le pouvez, soutenez-nous mensuellement, à partir de seulement 1€. Votre impact en faveur d’une presse libre n’en sera que plus fort. Merci.

Je fais un don à France-Soir

Dessin de la semaine

Portrait craché

Image
Draghi
Mario Draghi, enfant prodige de Goldman Sachs et Bretton Woods, de l’ombre grecque à l’échec italien
PORTRAIT CRACHE - Professeur d'économie, banquier : Mario Draghi, c'est l'histoire d'un homme qui a troqué les bancs de la fac pour les couloirs de la finance mondiale...
06 juillet 2024 - 15:00
Politique
Soutenez l'indépendance de FS

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de France-Soir est confirmée.

La newsletter France-Soir

En vous inscrivant, vous autorisez France-Soir à vous contacter par e-mail.