Bartolone derrière Valls après la "blessure amicale" infligée par Hollande

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 19 décembre 2016 - 12:04
Image
Claude Bartolone Assemblée nationale
Crédits
©Lionel Bonaventure/AFP
Claude Bartolone a annoncé son soutien à Manuel Valls, nécessaire selon lui dans ce "monde de brutes".
©Lionel Bonaventure/AFP
Claude Bartolone a officialisé ce lundi son soutien à Manuel Valls pour la primaire et la présidentielle. Malgré sa ligne politique différente, le président de l'Assemblée nationale s'était rapproché de l'ancien Premier ministre après les propos de François Hollande le concernant dans le livre "Un président ne devrait pas dire ça...".

C'est un nouveau soutien de poids pour Manuel Valls, même s'il n'est pas vraiment surprenant. Le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone a annoncé ce lundi 19 qu'il ralliait le camp de l'ancien Premier ministre dans la course à la primaire de la gauche et à la présidentielle 2017.

"Compte tenu de ce qu'il représente en terme d'autorité de l'État, en terme d'ordre républicain, en terme de discours (...) je vais soutenir Manuel Valls.", a-t-il déclaré sur France Inter.

Attendu aujourd'hui, ce soutien aurait été surprenant il y a encore quelques mois, Claude Bartolone étant resté longtemps un fidèle de François Hollande. Mais c'était avant la sortie du livre Un président ne devrait pas dire ça..., recueil de confidences dans lequel le président de l'Assemblée nationale n'est pas épargné. François Hollande y présente Claude Bartolone comme un homme dont le manque d'"envergure" et de "charisme" ne lui permet pas de devenir Premier ministre.

Une "blessure amicale et personnelle" qu'il n'a pas pardonnée au chef de l'Etat. Depuis et en "l'absence de relations amicales", les rapports entre les deux hommes se cantonnaient à "des relations normales entre un président de la République et un président de l'Assemblée".

Claude Bartolone avait ainsi déjà frappé un grand coup en appelant fin octobre Manuel Valls et François Hollande à participer tous les deux à la primaire, souhaitant à l'époque "un électrochoc" pour la gauche. De quoi alimenter l'idée qu'il aurait favorisé le renoncement de François Hollande, bien qu'il le démente aujourd'hui.

L'ex-fabiusien dont la ligne politique n'est pas vraiment celle de Manuel Valls justifie désormais son choix par la nécessité pour la France d'avoir "une voix qui compte", sur la scène européenne et internationale "dans ce monde de brutes", face notamment à Vladimir Poutine et Donald Trump.

Favori des sondages pour la victoire à la primaire de la gauche, Manuel Valls comptait déjà parmi ses soutiens bon nombre des membres de son ancien gouvernement. Mais remporter la primaire ne garantit pas sa présence au second tour en 2017.

 

À LIRE AUSSI

Image
Valls-Sérieux-ministre
Valls s'en prend au "cynisme" de Fillon
Manuel Valls, le candidat à la primaire de la gauche a fustigé ce dimanche le programme du vainqueur de la primaire de la droite, François Fillon, qu'il juge cynique e...
18 décembre 2016 - 16:57
Politique
Image
La cour intérieure du palais de l'Elysée.
Présidentielle 2017: François Fillon devance Marine Le Pen, Emmanuel Macron devance Manuel Valls et le PS
Selon un sondage Ipsos-Sopra Steria publié ce mercredi, les intentions de vote pou la présidentielle restent favorables à François Fillon qui affronterait Marine Le Pe...
14 décembre 2016 - 19:20
Politique
Image
Claude Bartolone.
Emmanuel Macron: pour Claude Bartolone, l'ancien ministre de l'Economie a la "responsabilité" de participer à la primaire
On ne sait pas encore si Emmanuel Macron participera à la primaire, ni même dans l'absolu s'il sera candidat à la présidence de la République en 2017. Mais Claude Bart...
29 septembre 2016 - 12:24
Politique
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don