Benoît Hamon: au PS "certains ne souhaitent plus le rassemblement de la gauche"

Benoît Hamon: au PS "certains ne souhaitent plus le rassemblement de la gauche"

Publié le 19/05/2015 à 09:00 - Mise à jour à 09:05
©Charles Platiau/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Pierre Plottu
-A +A

Benoît Hamon était l'invité de France Inter, ce mardi matin. Le député des Yvelines et ancien ministre de l'Education nationale est notamment revenu sur la réforme du collège, qu'il soutient, et le congrès du PS. "Dans mon propre parti (…) certains envisagent de travailler avec l'UDI ou le MoDem plutôt qu'avec le PC et EELV", a-t-il notamment déploré.

La réforme du collège

"(J'aurais) bien sûr pu porter cette réforme. C'est une des composantes de la loi de refondation de l'école, avec la loi sur les rythmes scolaires par exemple".

" Je pense que le gouvernement s'est beaucoup mobilisé et a raison de le faire. Cette réforme a besoin d'être portée au plus haut niveau politique. Le déficit de +portage+ de la réforme des rythmes scolaires, Vincent Peillon (alors ministre de l'Education nationale, NDLR) était assez seul, a pu expliquer qu'elle ait été mal perçue sur le terrain".

 

Les enseignants manifestent ce mardi contre cette réforme

"Je ne pense pas qu'il faille considérer que ceux qui manifestent sont des conservateurs. Leurs critiques se concentrent sur les 20% d'autonomie données aux établissements pour la mise en place des enseignements interdisciplinaires. Je pense que c'est indispensable pour permettre aux élèves de maîtriser ce qui est attendu d'eux au terme de leur scolarité obligatoire. C'est une innovation pédagogique qui était attendue depuis longtemps, mais il faut des garanties".

"La question des moyens se pose mais ils sont au rendez-vous, 4.000 postes supplémentaires sont prévus".

"Le travail en groupe, qui était un point lacunaire du système éducatif français, permet de mieux apprendre. Il permettra aussi de mieux lutter contre les inégalités qui persistent hélas".

 

Quel est l'objectif de la motion B que vous portez?

"Il est de gagner. Que peut apporter un congrès du PS, sinon essayer d'améliorer la situation des Français qui ont voté pour nous aux dernières élections présidentielles et apporter les inflexions qui me semblent indispensables dans le domaine économique et social?".

"Si c'est pour reconduire les mêmes équipes autour des mêmes combinaisons, ça ne servira pas à grand-chose".

"Nous souhaitons illustrer de quelle manière, sous les deux ans qui viennent, ce quinquennat peut avoir une empreinte sociale: sur la loi Rebsamen sur le dialogue social, sur la loi Macron, sur la prochaine loi de Finance, réorienter en partie le CICE (Crédit impôt compétitivité emploi, NDLR)…

"Nous demandons qu'il y ait des milliards de ce CICE qui soient réorientés vers les ménages car aujourd'hui la croissance redémarre grâce à la consommation et qu'il faut donc la soutenir".

"C'est une motion qui se veut utile au quinquennat et au président de la République contre le risque de ne pas être au second tour de l'élection présidentielle et laisse Nicolas Sarkozy et Alain Juppé face à Marine Le Pen".

 

Jean-Luc Mélenchon vous soutien

"Je souhaite le rassemblement de toute la gauche en dépit du fait que je sens que dans mon propre parti certains ne le souhaitent plus, tout comme une partie de la gauche ne veut plus travailler avec le PS".

"Il y a des dirigeants du PS qui pensent qu'on peut faire sans le reste de la gauche et envisagent de travailler avec l'UDI ou le MoDem plutôt qu'avec le PC et EELV. Cette stratégie nous conduirait à l'échec".

"Il faut porter haut et fort le flambeau de la gauche mais en mettant dans le débat entre formations de la gauche les contenus politiques, et ne pas être juste dans la posture morale ou l'injonction".

 

Auteur(s): Pierre Plottu

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le travail en groupe favorisé par la réforme du collège "permettra de mieux lutter contre les inégalités qui persistent", selon Benoît Hamon.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-