Bernard Cazeneuve soutient Benoît Hamon mais le met aussi en garde

Bernard Cazeneuve soutient Benoît Hamon mais le met aussi en garde

Publié le 30/01/2017 à 20:47 - Mise à jour à 20:50
©Benoit Tessier/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Bernard Cazeneuve a apporté sou soutien à Benoît Hamon dans la campagne pour l'élection présidentielle ce lundi. Mais il l'a également mis en garde contre une stratégie de critique du quinquennat et de division de la gauche.

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a exprimé ce lundi 30 ses "voeux sincères" de réussite à Benoît Hamon, vainqueur de la primaire socialiste, tout en le prévenant que la gauche "ne réussirait pas" sans "assumer le bilan" du quinquennat Hollande.

Au terme d'un entretien d'une heure lundi après-midi, MM. Hamon et Cazeneuve se sont exprimés successivement sur le perron de Matignon, dans un exercice qui a souvent plus ressemblé à un avertissement - voire une leçon du premier au second - qu'à un franc soutien.

Parlant le premier, Benoît Hamon a affiché sa volonté de "maintenir le cap" fixé lors de la primaire, même si le candidat socialiste désigné pour la présidentielle compte "enrichir" son projet de la "contribution des uns et des autres".

"Je maintiendrai le cap de ce que j'ai dit, il n'y a pas un programme pour les primaires et un programme pour les présidentielles, et j'en changerais, ce qui serait absolument absurde", a déclaré M. Hamon à la presse.

"Je pense qu'il faut s'arracher aux solutions du passé, reconnaître ce à partir de quoi on peut nourrir notre réflexion dans le bilan de ce quinquennat dont j'ai dit qu'il était bon sur certains aspects, plus discutable (...) sur d'autres, et qu'il fallait partir de cela pour penser l'avenir et c'est ce que je ferai et continuerai à faire", a dit l'ancien frondeur.

"Nous sommes d'accord sur le fait qu'il n'y a pas de possibilité pour la gauche de l'emporter sans qu'elle se rassemble, et la force de ma candidature porte sur le fait qu'elle organise ce rassemblement", a encore dit M. Hamon.

C'est sur ce point que M. Cazeneuve a le plus insisté, alors que le PS est divisé par le vif affrontement entre Benoît Hamon et Manuel Valls, avec le risque de la fuite d'une partie de son électorat vers Emmanuel Macron.

La gauche "ne réussira pas sans assumer le bilan du quinquennat de François Hollande dont nous avons toutes les raisons d'être fiers des progrès qu'il aura grandement contribué à rendre possibles", a déclaré M. Cazeneuve. "Cela aussi je l'ai dit en toute franchise, clairement, nettement à Benoît Hamon", a-t-il poursuivi.

"La campagne électorale si elle veut réussir devra prendre appui sur les immenses progrès" du quinquennat, a-t-il insisté. "C'est à lui (Benoît Hamon) qu'il appartient de rassembler, de trouver les mots, les gestes, les thèmes pour se faire".

S'il a adressé ses "félicitations" pour sa victoire et ses "vœux sincères" à l'ex-frondeur, Bernard Cazeneuve a aussi rendu un hommage appuyé au vaincu de la primaire, Manuel Valls. "Manuel Valls est un homme d'Etat avec lequel je suis fier d'avoir gouverné", a dit M. Cazeneuve, saluant "son action, ses combats, son engagement à les mener".

Le Premier ministre, qui avait réuni dans la matinée le gouvernement puis rencontré le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis, a par ailleurs indiqué qu'il recevrait mardi deux des candidats de la primaire, la radicale de gauche Sylvia Pinel à 08h et l'écologiste François de Rugy à 08h45.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La gauche "ne réussira pas sans assumer le bilan du quinquennat de François Hollande", a prévenu Bernard Cazeneuve.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-